in

Les prévisions relativement optimistes de l’OCDE pour l’économie mondiale : « Il y a l’espoir d’un futur meilleur » – Le Monde

Bien sûr, « vivre avec le virus pour encore six à neuf mois sera probablement difficile ». Certes, les confinements actuels vont continuer d’enfoncer l’économie en territoire négatif au quatrième trimestre, particulièrement en Europe. Mais, « pour la première fois depuis que la pandémie a commencé, il y a l’espoir d’un futur meilleur », estime Laurence Boone, économiste en chef de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Dans ses prévisions pour les deux prochaines années, publiées mardi 1er décembre, l’OCDE préfère voir le verre à moitié plein. La découverte de plusieurs vaccins efficaces change la donne et permet d’espérer un rebond économique à moyen terme. L’organisation table désormais sur une récession mondiale de 4,2 % cette année, suivie d’un rebond de 4,2 % en 2021 et de 3,7 % en 2022. Pour la France, la récession sera de 9,1 % cette année, avec des hausses attendues à 6 % puis 3,3 % les deux prochaines années.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les banques centrales, ultime rempart de l’économie mondiale

A la fin de 2021, le produit intérieur brut (PIB) mondial devrait avoir retrouvé son niveau d’avant la pandémie de Covid-19. C’est assez proche de ce que l’OCDE prévoyait déjà en septembre, mais plus optimiste que ses prévisions de juin, preuve que le pire n’est jamais certain.

L’organisation puise notamment son optimisme prudent dans les énormes plans d’aide mis en place par les gouvernements et les banques centrales depuis le début de la pandémie. Le chômage partiel a atténué la casse sociale, les prêts garantis par les Etats ont limité les faillites et le tissu économique a été maintenu artificiellement en vie.

Dépôts bancaires en hausse

Quand les confinements seront desserrés, l’économie pourrait alors redémarrer assez rapidement. Le très fort rebond de la croissance pendant l’été, quand les règles de distanciation physique étaient réduites, a semblé le démontrer une première fois. La même chose pourrait se produire courant 2021, quand les campagnes de vaccination seront suffisamment avancées. « L’exceptionnel soutien budgétaire de 2020 encore nécessaire au-delà de cette année va rapporter énormément », estime Mme Boone.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La BCE s’inquiète des faillites des entreprises et de la fragilité des banques

L’OCDE rappelle que de nombreux ménages disposent aujourd’hui d’un compte en banque confortable. Ceux qui n’ont pas perdu leur emploi n’ont pas pu consommer et ont moins dépensé que d’habitude. D’autres ont bénéficié d’aides sociales exceptionnelles.

Aux Etats-Unis, les dépôts bancaires des Américains ont fait un bond de 15 %, ceux des Français, de 8 %. Quand le déconfinement arrivera, une partie de cet argent pourrait être dépensée, rattrapant la consommation gelée pendant la pandémie et relançant la croissance.

Il vous reste 57.83% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Cinéma : des films très attendus pour les fêtes de fin d’année – Sud Ouest

Après une récession désastreuse, l’économie mondiale devrait accélérer de 4,2% en 2021 – La Tribune