in

WTA: le boycott de la Chine continuera en l’absence d’enquête dans l’affaire Peng Shuai

Dans un entretien au New York Times, en marge du Masters, Steve Simon, le patron de la WTA, a assuré que le boycott prononcé à l’encontre de la Chine continuera tant qu’il n’y aura pas d’enquête à propos de l’affaire Peng Shuai.

Le Masters remporté par Caroline Garcia aurait dû initialement se dérouler en Chine, à Shenzhen. C’est finalement à Fort Worth, au Texas, que la Française a soulevé le plus beau trophée de sa carrière ce lundi soir grâce à sa victoire sur Aryna Sabalenka. En cause: un boycott prononcé par la WTA depuis l’affaire Peng Shuai.

La Chine et la WTA avaient signé un contrat de 10 ans pour l’organisation du Masters

En septembre dernier, pour annoncer le choix des Etats-Unis pour l’organisation du Masters féminin, la WTA laissait la porte ouverte à un retour en Chine “conformément à un contrat de long terme”. Dans un entretien au New York Times ce mardi, Steve Simon a toutefois exclu tout retour en Chine tant qu’il n’y aura pas d’enquête claire autour des accusations de Peng Shuai, une ancienne joueuse qui a accusé de viol un dignitaire du régime chinois en novembre 2021.

La Chinoise de 36 ans n’est plus apparue dans les médias depuis février 2022 et le patron de la WTA a récemment reconnu ne pas avoir de nouvelles fraîches sur ses conditions de vie et sa sécurité à Pékin. “Nous avons pris une position ferme, nous soutenons cette position et nous n’allons pas compromettre nos principes”, a annoncé Steve Simon sur le boycott en cours.

Sur le même sujet

Le Masters pourrait ainsi être durablement organisé dans un autre pays en l’absence d’enquête. Pour rappel, la WTA avait signé un contrat lucratif pour organiser le Masters pendant 10 ans en Chine. En 2021, le Mexique avait accueilli les huit meilleures joueuses.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

“Ça représente beaucoup pour moi”, Garcia savoure le “plus gros titre” de sa carrière au Masters

Après les manifestations, Pékin semble vouloir alléger le “zéro Covid” – Médias24 – Médias 24