in

Tennis: les déchirantes confessions de Del Potro, qui raconte son calvaire quotidien

Dans une interview à La Nacion, Juan Martin Del Potro évoque les souffrances psychologiques que lui infligent les blessures qui le tiennent éloigné des courts de tennis depuis si longtemps.

La retraite de Roger Federer signe la fin d’une ère de légende, le crépuscule d’un mythe: le Big 3. A eux trois, Roger Federer (20 titres du Grand Chelem), Rafael Nadal (22) et Novak Djokovic (21) ont tout dévoré sur leur passage. Depuis la première victoire du champion helvète à Wimbledon, et avec le concours du Britannique Andy Murray (3 titres et 6 finales), ils se sont adjugés 66 tournois du Grand Chelem en près de vingt ans, ne laissant que des miettes à leurs adversaires (11). En 2009, Juan Martin Del Potro n’a que vingt ans et tout l’avenir devant lui, lorsqu’il domine Federer en finale de l’US Open. L’Argentin semble en mesure de contester la domination des meilleurs.

Malheureusement pour lui, la carrière du double médaillé olympique (bronze à Londres, argent à Rio) va très rapidement dérailler, la faute à un corps de cristal. Victime de blessures à répétition, Juan Martin Del Potro a trouvé la force de revenir au sommet à plusieurs reprises mais à chaque fois son corps l’a rattrapé. En février dernier, alors qu’il effectuait son grand retour à la compétition dans son pays, l’Argentin avait fondu en larmes, déclarant envisager sérieusement la fin de sa carrière. Un aveu déchirant et brutal, qui a eu des conséquences sur le plan psychologique. “Je ne peux pas accepter une vie sans tennis”, a déclaré l’Argentin de 34 ans au cours d’un entretien à La Nacion.

Del Potro: “C’est ma réalité, c’est dur, c’est triste”

“Je n’ai pas eu de transition progressive vers l’après, je ne me suis pas préparé, je n’ai aucune idée de ce que les autres athlètes ont fait pour vivre ce processus sereinement, a-t-il ajouté démuni face à une telle situation. J’étais numéro 3 mondial, et me voilà sans rien.” Lassé de lutter, Del Potro continue d’y croire au fond de lui et ne se résigne pas à la retraite, même si le doute commence à se faire place nette dans son esprit. “Imaginez ce que c’est après chaque tentative de traitement ou d’opération, la frustration que je peux ressentir lorsque les choses ne fonctionnent pas. Comme d’habitude, je me fais des illusions, j’espère, j’ai foi en chaque nouveau traitement que j’essaie et, quand cela échoue, le coup est dur.”

L’ancien n°3 mondial, finaliste de l’US Open en 2018, est loin de pouvoir envisager le retour à sa vie d’avant, lui qui peine à marcher dans la rue. “Je ne peux pas monter un escalier sans douleur ni conduire trop longtemps sans m’arrêter pour m’étirer et chasser la douleur. C’est ma réalité, c’est dur, c’est triste, mais je cherche le moyen de m’améliorer. Mon nouveau défi est de chercher comment digérer tout ça, assimiler ce qui m’arrive et la façon dont je me lève tous les matins pour vivre du mieux possible.”

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Tennis: “Je n’oublierai jamais ce qu’il a fait pour moi”, Federer rend hommage à Nadal

Tennis : Constant Lestienne confirme sa forme du moment en se qualifiant en quarts à Tel Aviv