in

Semaine à haut risque pour Mediapro et le football français – Le Monde

Jaume Roures, l’un des cofondateurs de Mediapro, le 21 octobre, lors d’une conférence de presse à Paris.

Le football français court-il droit à la faillite ? A mesure que les jours passent, le mur se rapproche dangereusement. Mediapro n’a pas payé la troisième échéance de son contrat due le 5 décembre, soit 150 millions d’euros environ pour la diffusion des matchs de Ligue 1 et de Ligue 2, pour lesquels il est censé verser 830 millions d’euros par an à la Ligue de football professionnel (LFP). Cette deuxième facture non réglée n’est pas une surprise. Jaume Roures, un des cofondateurs du groupe audiovisuel espagnol, avait fait comprendre le 21 octobre, en faisant part des difficultés de son groupe, que l’ouverture d’une procédure de conciliation judiciaire suspendait, selon lui, le contrat avec la LFP.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’opération communication de Mediapro peine à rassurer le football français

Depuis au moins dix jours, les réunions entre la Ligue et Mediapro s’enchaînent sous l’égide du conciliateur, Marc Sénéchal, chargé de faire émerger une solution. Ce dernier espérait aboutir samedi. En vain. Alors qu’un délai supplémentaire de quelques jours a été accordé, la journée de lundi 7 décembre s’annonce à nouveau cruciale. Une réunion téléphonique entre les clubs de Ligue 1, Vincent Labrune, le patron de la Ligue, et le conciliateur est programmée lundi soir. Les clubs de football devraient alors en savoir plus, même si, officiellement, c’est l’approbation des comptes de la Ligue qui est à l’ordre du jour. Le temps presse : ils sont censés percevoir leur prochain chèque le 18 décembre. Après un emprunt de 120 millions contracté pour pallier la première défaillance de Mediapro, la LFP n’a pas encore réussi à négocier de nouveau crédit.

Pour certains, l’espagnol est tout simplement dans l’incapacité de payer,
quelle que soit la remise que la LFP
pourrait lui offrir

Mediapro, qui assure depuis le départ n’avoir besoin que d’une ristourne sur la première année de son contrat de diffusion 2020-2024 pour affronter le trou d’air lié à la pandémie, est-il seulement en mesure d’offrir une solution à la LFP ? Pour certains, non. L’espagnol est tout simplement dans l’incapacité de payer, quelle que soit la remise que la LFP pourrait lui offrir. Il faut dire que Joye Media, la maison mère de Mediapro, est en difficultés financières : la pandémie de Covid-19 a fortement dégradé ses perspectives financières pour 2020, alors qu’elle était déjà endettée à hauteur de 920 millions d’euros fin 2019. Fin septembre, le groupe n’avait en caisse que 113 millions d’euros, d’après l’agence de notation Moody’s. A ce moment-là déjà, l’espagnol n’était pas parvenu à trouver les financements nécessaires pour honorer les 172 millions dus début octobre.

Il vous reste 40.75% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Angleterre-France : les coups de cœur et les coups de griffe de notre envoyé spécial – Le Figaro

Grand théâtre, salle couverte, parcs, musée…Agadir prépare sa mue – Leseco.ma