in

Secouée par des tensions internes, la Fédération française de football fait appel à un cabinet de communication

En période de gros temps, la Fédération française de football (FFF) fait appel à une aide extérieure. En 2010 et 2011, elle avait eu recours à deux sociétés spécialisées dans le « media training », chargées de soigner son image après le désastre de la Coupe du monde en Afrique du Sud, puis lors de l’affaire dite « des quotas » – la révélation par le site Mediapart de l’existence d’un projet, finalement abandonné, de quotas ethniques dans les centres de formation. D’après nos informations, l’institution a, depuis la seconde quinzaine de novembre, sollicité un autre cabinet spécialisé en stratégie de communication, le groupe Vae Solis.

Deux ans après le titre mondial des Bleus, en Russie, cette collaboration s’inscrit dans un contexte différent. Elle fait notamment suite à la publication d’une enquête parue dans le New York Times. Mi-octobre, le quotidien américain a mis en exergue une « culture toxique » au sein de l’institution et dressé une liste des « dysfonctionnements » au siège de la fédération, détaillant des tensions entre la directrice générale, Florence Hardouin, et plusieurs des 17 directeurs de service, qui lui ont reproché un fonctionnement parfois trop abrupt.

L’article révélait également l’existence d’un audit interne sur ce sujet, que le président de la FFF, Noël Le Graët, avait diligenté en septembre. A la suite de cette publication, M. Le Graët a d’abord refusé de partager avec les salariés, le 22 octobre lors d’une visioconférence, le rapport de cette enquête, menée par le cabinet Plein Sens. Avant finalement d’accepter, mercredi 25 novembre, de donner plus d’informations aux membres de son « gouvernement », le comité exécutif de la FFF. Mais seulement à l’oral, par le truchement de l’auditeur Eric Molière, qui n’a pas répondu au Monde.

En substance, selon un élu présent à cette réunion, le rapport a confirmé des « problèmes relationnels » entre Mme Hardouin et certains directeurs fédéraux. « Il manquait du liant au sein de l’administration, mais il y a une nouvelle dynamique désormais », veut croire le même élu. Un débat a suivi l’exposé de M. Molière.

Une mission « ponctuelle »

Dans ce contexte tendu au siège parisien de la FFF, les contours de la mission de Vae Solis restent flous. Cette sollicitation intervient alors que le directeur de la communication de la FFF se trouvait déjà en arrêt maladie, à l’instar d’un autre directeur.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Noël 2020 – 20 idées cadeaux Danse pour les enfants – Danses avec la plume

Football : les Bleus perdent le match des remplaçants face à la Finlande (2-0) – Le Monde