in

Rugby. On lui promettait l’enfer, voilà le REC au paradis

Évidemment que le carton rouge reçu par Périgueux (23’) a pesé dans l’issue de cette demi-finale retour du championnat de France de Fédérale 1. En fin de rencontre, les Périgourdins ont manqué de fraîcheur pour sortir de leur camp où les contenaient les Rennais par un bon jeu au pied d’occupation.

Mais c’est surtout le REC, galvanisé par sa défense, qui a peu à peu écœuré des Périgourdins pensant remonter le handicap de neuf points du match aller en un clin d’œil. « On nous promettait l’enfer, on disait qu’on n’était pas capable de gagner un match de phase finale à l’extérieur. Je remercie les gens qui ont dit ça sur les réseaux », ironise Kevin Courties, le manager du REC, heureux de ce levier de motivation supplémentaire.

++ VIDÉO: Explosion de joie des rugbymen rennais après leur exploit historique

Montée en puissance

En effet, face au jeu frontal des puissants avants de Périgueux, le REC a répondu en équipe. « Quelle solidarité, une vraie bande de frères » , souffle Alex Guéroult le capitaine. Ainsi, Rennes n’est jamais sorti de la qualification, seulement mené de 6 points à la mi-temps, preuve de la force mentale d’une équipe et d’un club ambitieux qui trace sa route.

« On est convaincu depuis le début de notre projet, que ça allait fonctionner, reprend Courties. On a fait des erreurs dans la saison. Des trucs bien, d’autres moins. Ça nous permet à tous d’avancer car on est tous dans l’apprentissage. Et on valide six ans de projet sportif construit au club par le travail de Yann (Moison) qui était d’inscrire le club sur la carte française du rugby. »

Au fil des 28 matches de cette saison (avant la finale), le REC a connu quelques coups de moins bien (Langon, Limoges et Floirac à domicile), mais a surtout montré sa force à l’extérieur. Les Rennais sont des récidivistes, puisqu’ils avaient déjà terrassé Périgueux sur leur terrain. Ils sont surtout montés en puissance en fin de saison pour arracher leur qualification en battant Niort, puis en passant ces trois tours de playoffs en matches aller-retour, validant ainsi le travail de la préparation physique. Très ému et trop modeste pour les compliments, Yoann Carnot préférait remercier les bénévoles et tout le staff médical. « Ils ont fait un énorme boulot toute l’année, c’est une réussite collective, et c’est ça qui est chouette. » Alors que les réjouissances se sont achevées dimanche soir tard, il reste une finale à jouer et un titre de champion de France à aller chercher. « C’est leur aventure, c’est eux qui ont décidé d’aller en finale lors du stage de début de saison. Ce n’est plus trop le rugby qui va primer », sourit Kevin Courties, conscient qu’il y aura un peu de « travail de récup ».

Il sera ensuite temps de penser à la saison prochaine. Si la marche est haute, impossible ne semble pas faire partie du répertoire de ce club, qui a montré qu’il avait du coffre sur le terrain mais aussi en dehors en amenant une bonne centaine de fidèles à Périgueux.

++ suivez toute l’actu du REC Rugby Rennes

Rugby. On lui promettait l’enfer, voilà le REC au paradis

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Top 14 – Phase finale du championnat : comment est choisie la programmation

Covid: 233 nouveaux cas