in

Rugby. Galthié, Roumat, Ntamack… Le XV des « fils de » qui évoluent en professionnel

Mathis Galthié, Alexandre Roumat et Romain Ntamack sont des
Mathis Galthié, Alexandre Roumat et Romain Ntamack sont des « fils de » qui jouent actuellement au niveau professionnel (©Icon Sport)

15. Léo Berdeu (Lyon)

Éric, le père a fait les beaux jours du Stadoceste Tarbais dans les années 80 et fut finaliste du championnat de France 1988 face au Agen de Philippe Sella. Agen, justement, le club dans lequel s’est révélé son fils, Léo, prêté par le LOU durant deux saisons, afin d’avoir du temps de jeu. De retour à Lyon depuis l’été 2020, Léo Berdeu est actuellement le deuxième réalisateur du championnat avec 198 points marqués et sa polyvalence peut aussi lui permettre de dépanner à l’arrière. 

14. Arthur Retière (La Rochelle)

Son père, Didier, était pilier. Arthur présente un tout autre gabarit. Formé à la mêlée avant de basculer à l’aile, le Rochelais compte, pour l’instant, une seule et unique sélection en Bleu, au contraire de son aîné qui n’a pas été jamais capé. Malgré tout, Arthur Retière compte 82 matchs de Top 14 aujourd’hui et s’affirme comme une valeur sûre du championnat à 24 ans. L’an prochain, il va rejoindre le Stade Toulousain, où évolue son frère cadet Edgar (20 ans), actuel ouvreur des Espoirs Stadistes et international U20.

À lire aussi

13. Damian Penaud (Clermont)

C’est un « fils de » qui s’apprête à dépasser son père si tout va bien. Auteur du Grand Chelem avec le XV de France en 2022? Damian Penaud comptabilise aujourd’hui 32 sélections soit autant que son père Alain. Même si le paternel ne devrait pas rechausser les crampons pour tirer la bourre à son fils, le centre de Clermont devrait franchir cette barre et donc devenir le plus capé de la famille. À 25 ans, il devra encore aller chercher un titre de champion de France et un de champion d’Europe pour égaler le palmarès de son père. 

Héros de la victoire historique
Damian Penaud marche dans les pas de son père et se construit un sacré palmarès avec le XV de France. (©Icon Sport)

12. Romain Ntamack (Toulouse)

Pour lui, nul besoin de présenter son père Émile, 46 sélections avec l’équipe de France et des titres à la pelle avec le Stade Toulousain. Mais Romain Ntamack marche déjà sur les traces de son illustre paternel. Champion du monde U20 en 2018, double champion de France (2019-2021) et champion d’Europe avec le Stade Toulousain (2021), son palmarès à de quoi faire rougir beaucoup de monde, sauf peut-être son meilleur ami Matthis Lebel. 

11. Matthis Lebel (Toulouse)

Son père n’est pas le plus connu de ceux cités dans cet article, mais Mickaël Lebel a arpenté les pelouses de Top 16, Top 14 et Pro D2 avec le feu-FCAG au poste de troisième ligne avant que Matthis ne prenne ensuite la lumière avec le Stade Toulousain. Matthis, justement, a déjà un Grand Chelem dans la poche et possède un palmarès long comme le bras à 23 ans. Jugez plutôt. Outre le Grand Chelem remporté cette année avec les Bleus, Lebel est double champion de France (2019 et 2021), champion d’Europe (2021 et double champion du monde des moins de 20 ans (2018 et 2019). Il possède sûrement actuellement le plus beau palmarès de sa génération. On aurait pu aussi citer Arthur Bonneval, fils d’Erik, illustre ailier du Stade Toulousain.

10. Louis Carbonel (Toulon)

Emblématique centre du RCT, Alain Carbonel a légué sur la Rade une descendance qui l’est tout autant. Son fils Louis, surnommé « P’tit Louis » par les supporters Toulonnais devrait quitter le Var à la fin de la saison, malgré la colère des supporters. Il quitterait le club avec un titre de champion de France Espoirs en 2019, 74 matchs de Top 14 et quasiment 500 points inscrits (491) depuis le début de sa carrière. Il compte aussi un Tournoi des 6 Nations des moins de 20 ans en 2018 ainsi que deux titres de champion du monde des moins de 20 ans en 2018 et 2019.

9. Mathis Galthié (Colomiers)

On ne présente plus son père, Fabien. Sélectionneur du XV de France qui a réalisé le Grand Chelem en 2022, il compte également 64 sélections dont 4 Coupes du monde en tant que joueur et un titre de champion de France avec le Stade Français en 2003. Son fils, Mathis a connu sa première feuille de match avec Colomiers, le club historique de son père, cette saison contre Provence Rugby, en Pro D2. On aurait pu également citer Julien Blanc (Toulon), fils d’Éric Blanc au poste de demi de mêlée.

À lire aussi

8. Antoine Erbani (Biarritz)

Si vous prononcez le nom « Erbani » à Agen du côté d’Armandie, tout le monde vous dira qu’il le connaît. Le père ou le fils ? Les deux ! Tout d’abord, Dominique, le père, 13 saisons sous le maillot du SUA et 46 sélections en équipe de France ponctuées par une finale de Coupe du monde en 1987. Le fils, Antoine, formé au SUA a désormais quitté le Lot-et-Garonne pour évoluer à Pau, puis à Biarritz (depuis 2021), avec près de 87 rencontres disputées au plus haut niveau. 

Antoine Erbani se révèle être un digne héritier de son père au poste de 3e ligne
Antoine Erbani se révèle être un digne héritier de son père au poste de 3e ligne. (©Icon Sport)

7. Martin Devergie (Colomiers)

Pour les plus jeunes d’entre vous, le nom de Thierry Devergie n’évoque sûrement pas grand-chose. Pourtant, avec 16 sélections en équipe de France et une carrière de joueur qui l’a mené de Nîmes à Bègles en passant par Grenoble ou encore Montpellier, c’était un vrai grand joueur de rugby à XIII et à XV. Il est le père de Martin Devergie, troisième ligne qui évolue à Agen, après avoir été formé à Montpellier. Il compte actuellement 59 feuilles de matchs en Top 14 et 40 en Pro D2.

6 – Alexandre Roumat (Bordeaux-Bègles)

Son père, Olivier Roumat a eu une carrière riche avec 62 sélections en équipe de France et des piges en Afrique du Sud chez les Sharks notamment, avant de terminer sa carrière à Biarritz. Une cité balnéaire où a débuté la carrière de son fils Alexandre Roumat. Redoutable flanker du championnat en défense et en touche, il sévit du côté de l’UBB depuis 2017 et va prendre la direction du Stade Toulousain la saison prochaine. 

5. Hugo Auradou (Pau)

Quintuple champion de France avec le Stade Français (1998, 2000, 2003, 2004 et 2007), David Auradou a formé son fils Hugo au même poste que lui, en deuxième ligne. Et le descendant se porte plutôt bien. Pensionnaire de l’équipe de France U20, qui a terminé deuxième du Tournoi des 6 Nations cette année, il a également connu ses trois premières feuilles de match avec la Section Paloise cette saison en Challenge Cup.

4. Romain Taofifenua (Lyon)

Fils de Willy Taofifenua, emblématique troisième ligne de Mont-de-Marsan et surtout de Grenoble, Romain est l’aîné d’une célèbre fratrie. C’est un joueur régulier du Top 14 (196 feuilles de match) mais aussi et surtout un membre régulier du XV de France de Fabien Galthié. En 2022, il a réalisé le Grand Chelem avec les Bleus.

3. Sébastien Taofifenua (Lyon)

Lui aussi est un fils de Willy Taofifenua. Membre de l’équipe des « Mammouths de Grenoble » défaite en finale (14-11) par le Castres Olympique en 1993, Willy a assuré une descendance qui évolue au plus haut niveau. Sébastien, son fils a réussi a marché dans les traces de son père, mais au poste de pilier. Il compte aujourd’hui 2 sélections en équipe de France et 180 matchs de Top 14.

dd
Romain (à gauche) et Sébastien (à droite) Taofifenua encadrent leur frère Killian lui aussi joueur pro à Perpignan (©Icon Sport)

2. Connor Sa (Bordeaux-Bègles)

Son père, Benjamin Sa a évolué pendant 10 ans en Top 14, passant du Racing 92 à Montauban, avant de finir sa carrière à l’Union Bordeaux-Bègles. L’UBB où évolue son fils, Connor Sa, au poste de talonneur chez les Espoirs et en équipe de France moins de 20 ans. Il a été l’auteur d’un Tournoi des 6 Nations XXL qui l’a placé dans l’équipe type de la compétition. Son avenir s’annonce donc radieux.

À lire aussi

1. Daniel Brennan (Brive)

Fils de l’illustre deuxième ligne irlandais, Trevor Brennan (13 sélections), passé par le Stade Toulousain de 2002 à 2007, Daniel Brennan avait tout pour marcher sur les pas de son père. Formé à Toulouse, il a remporté le championnat du monde des moins de 20 ans en 2020, avant de partir à Montpellier où sa carrière n’a finalement pas décollé. Depuis 2020, il évolue à Brive, où il fait partie de la rotation.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Rugby dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Le Rwanda appelle l’Afrique à se concentrer sur l’éducation, la formation et la technologie

Volleyball: le NUC reprend l’avantage en finale