in

Récession – Economie : Qu’est-ce que c’est et pourquoi fait-elle peur à nouveau les marchés du monde entier ? – BBC Afrique

Marché

Crédit photo, AFP

Dans les couloirs de Davos, le sujet brûlant du moment est de savoir si une récession mondiale se profile ou non.

C’est ce qu’a confirmé Faisal Islam, rédacteur économique de la BBC, qui a couvert le Forum économique mondial qui se tient une fois par an à Davos, en Suisse.

Ces dernières semaines, les avertissements des dirigeants des plus grands fonds d’investissement du monde se sont accumulés les uns après les autres, mais avec des nuances.

A Lire aussi:

Certains plus pessimistes que d’autres, les responsables de la gestion de milliards de dollars et les hommes politiques ont analysé publiquement la question, confirmant le fait que dans les plus hautes sphères du pouvoir, il s’agit d’une préoccupation pertinente.

Crédit photo, Getty Images

Il y a quelques jours, lors d’un événement commercial, le directeur de la Banque mondiale, David Malpass, a prévenu qu’il était difficile de voir “comment éviter une récession” avec la hausse des prix de l’énergie, des denrées alimentaires et des engrais.

“L’idée que les prix de l’énergie doublent suffit à elle seule à déclencher une récession”, a-t-il commenté.

“Confluence potentielle de calamités”

Sur une note plus discrète mais également inquiétante, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a affirmé que “l’horizon s’est assombri”.

Crédit photo, Getty Images

Outre les traces laissées par la pandémie de covid-19, les turbulences des marchés financiers et la menace persistante du changement climatique, la guerre en Ukraine et la crise alimentaire actuelle constituent une “confluence potentielle de calamités”, a ajouté Mme Georgieva.

Précisant le sens de ses propos, elle a déclaré que si elle ne s’attend pas à une récession pour les principales économies mondiales, elle ne peut pas non plus l’exclure.

“Non, pas pour le moment, (mais) cela ne veut pas dire que c’est hors de question”, a-t-elle expliqué lors de la séance d’ouverture de Davos.

Parallèlement, le président américain Joe Biden a déclaré qu’une récession aux États-Unis “n’est pas inévitable”.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

La guerre en Ukraine a provoqué une hausse des prix des denrées alimentaires bien au-delà de la mer Noire.

Une menace qui, entre autres, est alimentée par une inflation élevée (la plus forte depuis quatre décennies), des pénuries dues à des goulots d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement et le séisme géopolitique provoqué par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

L’élite économique et politique est avide de nouvelles pièces pour reconstituer le puzzle, tandis que la guerre en Ukraine continue de faire grimper l’inflation.

Qu’est-ce qu’une récession ?

Au milieu de ce débat, la question de savoir ce qu’est réellement une récession gagne à nouveau du terrain.

De nombreux économistes parlent de “récession technique” lorsque la croissance du produit intérieur brut (PIB) se contracte pendant deux trimestres consécutifs.

Le fait de parler d’éviter la contraction économique, tout en cherchant à fournir une injection d’optimisme, implique néanmoins qu’il existe une menace latente.

L’évolution du PIB aide les entreprises à juger quand elles doivent se développer et embaucher davantage de travailleurs ou investir moins et réduire leurs effectifs.

Les gouvernements s’en servent également pour prendre des décisions allant de la taxation aux dépenses.

Il s’agit d’un indicateur clé pour les banques centrales, au même titre que l’inflation, lorsqu’elles envisagent de relever ou d’abaisser les taux d’intérêt.

D’autres, en revanche, adoptent une vision plus souple et la définissent comme “une baisse significative de l’activité économique, généralisée à l’ensemble de l’économie et qui dure plus de quelques mois”.

Les organismes internationaux tels que la Banque mondiale et le FMI considèrent qu’une récession mondiale est une année au cours de laquelle le citoyen mondial moyen subit une baisse de son revenu réel.

Parmi les profondes contractions économiques mondiales de ces dernières décennies, celles de 1975, 1982, 1991, 2009 et la récession pandémique de 2020 se distinguent.

Crédit photo, Getty Images

Paradoxalement, lors de la dernière récession, alors que les gens souffraient de difficultés, les marchés se sont incroyablement bien portés.

Cette dernière récession pandémique, considérée comme la plus dure depuis la Seconde Guerre mondiale, a ébranlé les fondements de la mondialisation et laissé des cicatrices qui commençaient à peine à se refermer lorsque la Russie a envahi l’Ukraine fin février.

Avec un changement géopolitique d’une telle ampleur, toutes les estimations de croissance économique pour cette année sont revues.

Le facteur Chinois

La Chine est devenue la grande inconnue.

Le géant asiatique, qui représente 19 % de l’ensemble de la production mondiale, est dans le collimateur des analystes car un ralentissement de son économie aurait un impact direct sur le reste du monde, tant en raison de son importance en tant qu’acheteur de biens et de services d’autres pays que de son rôle clé dans les chaînes d’approvisionnement qui alimentent le commerce international.

Crédit photo, Getty Images

La dernière épidémie de covid-19 a provoqué de graves confinements dans certaines parties du pays, créant des goulets d’étranglement dans les ports chinois et des effets négatifs sur des secteurs tels que le commerce, la fabrication et l’immobilier.

David Malpass s’est dit préoccupé par les fermetures dans certaines grandes villes chinoises, étant donné qu’elles “ont encore des ramifications ou des effets de ralentissement sur le monde”.

“La Chine connaissait déjà une contraction de l’immobilier, de sorte que les prévisions de croissance de la Chine avant l’invasion russe étaient déjà en forte baisse d’ici 2022”, a déclaré le représentant de la Banque mondiale.

“Ensuite, des vagues de covid ont déclenché des blocages qui ont encore réduit les prévisions de croissance pour la Chine”, a-t-il ajouté.

Un frein à la croissance économique

Crédit photo, Getty Images

Aux États-Unis, Jerome Powell, président de la Réserve fédérale – l’équivalent de la banque centrale américaine – a déclaré que l’organisme continuera à relever les taux d’intérêt jusqu’à ce que l’inflation soit maîtrisée, tandis que l’Europe tente de faire face à une énorme hausse des prix du carburant liée à la crise en Ukraine.

En dehors des grands centres de pouvoir, les pays moins développés ont connu une hausse considérable des prix des denrées alimentaires et, parmi eux, les plus pauvres sont au bord de la famine.

Parmi les économistes et les banquiers, les avis sont partagés quant à savoir si le monde se dirige vers une récession ou simplement un ralentissement économique.

Pendant ce temps, le coût de la vie continue de grimper et les banques centrales continuent de relever les taux d’intérêt pour endiguer les pressions inflationnistes.

Le problème est que la hausse des taux d’intérêt, si elle permet de maîtriser l’inflation, rend plus coûteux l’emprunt et le remboursement des dettes, ce qui constitue un frein à la croissance économique.

En outre, les perspectives se sont détériorées ces dernières semaines en raison de la dernière épidémie de covid-19 en Chine.

Les investisseurs et les banquiers sont inquiets.

L’un d’entre eux, Robin Brooks, économiste en chef de l’Institut de la finance internationale, l’association mondiale de l’industrie financière, a tweeté que “la récession mondiale arrive”.

Qu’elle soit à venir ou non, nous ne le saurons que lorsque les mois auront passé et que les indicateurs auront livré leur propre verdict.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Economie : qu’est-ce qu’une récession et pourquoi fait-elle peur à nouveau aux marchés du monde entier ? – BBC Afrique

Festivals : Techno, électro and Co