in

Partition Inde et Pakistan : pourquoi ont-ils été divisés il y a 75 ans ?

Les troupes indiennes et pakistanaises abaissent ensemble les drapeaux lors d'une cérémonie au poste frontière de Wagah, près d'Amritsar.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Tous les soirs depuis 1959, les troupes indiennes et pakistanaises abaissent ensemble leur drapeau au poste frontière de Wagah.

En août 1947, la Grande-Bretagne a accordé l’indépendance à l’Inde.

Le territoire sur lequel elle avait régné a été divisé, ou partitionné, entre l’Inde et le nouvel État du Pakistan (le Pakistan oriental devenant plus tard le Bangladesh).

Cette division a provoqué une flambée de violence au cours de laquelle environ 15 millions de personnes ont été déplacées et environ un million de personnes ont perdu la vie.

L’Inde et le Pakistan sont restés rivaux depuis lors.

A lire aussi sur BBC Afrique :

Pourquoi la partition s’est-elle produite ?

En 1946, la Grande-Bretagne a annoncé qu’elle allait donner l’indépendance à l’Inde. Elle n’avait plus les moyens d’administrer le pays et voulait partir le plus rapidement possible.

Le dernier vice-roi, Lord Louis Mountbatten, a fixé la date au 15 août 1947.

À cette époque, la population de l’Inde comptait environ 25 % de musulmans. Les autres étaient principalement hindoues. La population comptait également des sikhs, des bouddhistes et des membres d’autres religions minoritaires.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Jawaharlal Nehru (à gauche) et Mohandas Gandhi (à droite), deux des principaux militants pour l’indépendance, voulaient une Inde qui englobe toutes les religions.

“Les Britanniques ont utilisé la religion comme un moyen de diviser les gens en Inde en catégories”, explique le professeur Navtej Purewal, chercheur indien pour le Conseil de recherche sur les arts et les humanités.

“Par exemple, ils ont créé des listes d’électeurs musulmans et hindous distinctes pour les élections locales. Il y avait des sièges réservés aux politiciens musulmans, et des sièges réservés aux hindous. La religion est devenue un facteur de la politique”.

“Lorsqu’il semblait probable que l’Inde obtiendrait son indépendance, explique Gareth Price, de l’institut de politique étrangère Chatham House, basé au Royaume-Uni, de nombreux Indiens musulmans se sont inquiétés de vivre dans un pays dirigé par une majorité hindoue.

“Ils pensaient qu’ils seraient submergés”, dit-il. “Ils ont commencé à soutenir les leaders politiques qui faisaient campagne pour une patrie musulmane séparée”.

Mohandas Gandhi et Jawaharlal Nehru, leaders du mouvement indépendantiste du Congrès, ont déclaré qu’ils voulaient une Inde unie qui englobe toutes les confessions.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Muhammad Ali Jinnah (à gauche) était en profond désaccord avec Mohandas Gandhi sur l’indépendance.

Cependant, Muhammad Ali Jinnah, le leader de la All-India Muslim League, a exigé la partition dans le cadre du règlement de l’indépendance.

“Il aurait fallu beaucoup de temps pour parvenir à un accord sur le fonctionnement d’une Inde unie”, déclare le Dr Price.

“La partition semblait être une solution rapide et simple”.

Crédit photo, Huw Evans picture agency

Légende image,

On pense que 2 000 personnes sont mortes lors de la tuerie de Calcutta en 1946, lorsque les hindous et les musulmans se sont battus dans les rues.

Combien de souffrances la Partition a-t-elle causées ?

Les nouvelles frontières entre l’Inde et le Pakistan ont été tracées en 1947 par un fonctionnaire britannique, Sir Cyril Radcliffe.

Il a divisé très grossièrement le sous-continent indien en une partie centrale et méridionale où les hindous étaient majoritaires, et deux parties au nord-ouest et au nord-est où les musulmans étaient majoritaires.

Toutefois, des communautés hindoues et musulmanes étaient dispersées dans toute l’Inde britannique. Cela signifie qu’après la partition, environ 15 millions de personnes ont voyagé – souvent sur des centaines de kilomètres – pour traverser les frontières nouvellement créées.

Dans de nombreux cas, les gens ont été chassés de chez eux par la violence communautaire. Le premier exemple en est la tuerie de Calcutta en 1946, au cours de laquelle environ 2 000 personnes ont été tuées.

“La Ligue musulmane a formé des milices, tout comme les groupes hindous de droite”, explique le Dr Eleanor Newbigin, maître de conférences en histoire de l’Asie du Sud à la SOAS, l’université de Londres.

“Les groupes terroristes chassaient les gens de leurs villages, pour obtenir plus de contrôle pour leur propre camp”.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Réfugiés sikhs dans un camp de secours à Amritsar en 1947/1948. Entre 12 et 20 millions de personnes ont été déracinées par la Partition.

On estime qu’entre 200 000 et un million de personnes ont été tuées ou sont mortes de maladie dans les camps de réfugiés.

Des dizaines de milliers de femmes, tant hindoues que musulmanes, ont été violées, enlevées ou défigurées.

Quelles ont été les conséquences de la partition ?

Depuis la partition, l’Inde et le Pakistan n’ont cessé de se battre pour savoir qui contrôle la province du Cachemire.

Ils se sont livrés deux guerres à ce sujet (en 1947-8 et 1965), et se sont également affrontés lors de la crise de Kargil en 1999.

Les deux pays revendiquent la province comme leur propre territoire et en administrent actuellement différentes parties.

L’Inde a également combattu avec le Pakistan en 1971, lorsqu’elle est intervenue pour soutenir le Pakistan oriental (aujourd’hui le Bangladesh) dans sa guerre d’indépendance contre le Pakistan.

Moins de 2 % de la population du Pakistan est aujourd’hui hindoue.

“Le Pakistan est devenu de plus en plus islamique”, explique le Dr Price. “C’est en partie parce qu’une grande partie de sa population est maintenant musulmane et qu’il reste très peu d’hindous dans le pays.”

“Et l’Inde est maintenant davantage sous l’influence du nationalisme hindou.”

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Des parties d’Amritsar ont été réduites en ruines pendant les émeutes de 1947. Les musulmans voulaient que la ville fasse partie du Pakistan et les hindous voulaient qu’elle reste en Inde.

“L’héritage de la partition est affligeant”, déclare le Dr Newbigin.

“Elle a créé de puissantes majorités religieuses dans les deux pays. Les minorités sont devenues plus petites et plus vulnérables qu’elles ne l’étaient auparavant.”

La partition aurait pu être évitée, estime le professeur Navtej Purewal.

“Il aurait peut-être été possible en 1947 de créer une Inde unie. Cela aurait pu être une fédération lâche d’États, y compris d’États où les musulmans étaient majoritaires”, dit-elle.

“Mais Gandhi et Nehru ont tous deux insisté pour avoir un État unifié, contrôlé par le centre. Ils n’ont pas vraiment réfléchi à la manière dont une minorité musulmane pourrait vivre dans ce type de pays.”

What do you think?

2731 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Pour relancer son économie, la Chine baisse par surprise plusieurs taux

La Chine remporte la Coupe d’Asie de volleyball face au Japon en Thaïlande