in

Moyen-Orient : comment expliquer la multiplication des tempêtes de sable ?

Publié le :

Depuis mi-avril, l’Irak a essuyé sept tempêtes de sable. Le phénomène, qui ne cesse d’empirer d’année en année, représente une sérieuse menace pour la santé et l’économie des pays du Moyen-Orient. En cause, le réchauffement climatique, la désertification, mais aussi les conflits armés.

Publicité

Rien ne semble pouvoir les arrêter. En quelques minutes, elles engloutissent des villes entières d’un épais brouillard de poussière orange. Les habitants suffoquent et à l’extérieur, la vie s’arrête. Depuis toujours, les tempêtes de sable font partie du quotidien des Irakiens, mais leur fréquence et leur intensité ne cessent de s’accentuer ces dernières années, amplifiées par le réchauffement climatique, la désertification ou encore les conflits armés.

Depuis le mois d’avril, le pays a déjà connu sept tempêtes de sable. La dernière en date a provoqué jeudi le décès d’une personne et l’hospitalisation de 5 000 autres pour des troubles respiratoires.

“La majorité a quitté les hôpitaux”, a toutefois précisé le porte-parole du ministère de la Santé, Seif al-Badr, dans un communiqué, évoquant des cas qui pour la plupart sont “de moyenne ou faible intensité”.

Les plus touchés sont les personnes atteintes de “maladies respiratoires chroniques comme l’asthme”, ou encore “les personnes âgées” qui souffrent notamment d'”insuffisance cardiaque”, a-t-il ajouté.

Des milliards de dollars partis en poussière

Au-delà de ces conséquences sanitaires, ces phénomènes extrêmes sont une plaie pour une économie irakienne déjà exsangue. Les aéroports de Bagdad, de Najaf et d’Erbil au Kurdistan, ont ainsi été contraints de suspendre brièvement leurs vols à cause du manque de visibilité.

Comme le rapporte l’organisation météorologique mondiale, le sable a également de nombreux effets néfastes sur l’agriculture. Il diminue les rendements en étouffant les semis, réduit la photosynthèse et accentue l’érosion des sols. 

Par ailleurs des dépôts de poussière favorisent l’obstruction des canaux d’irrigation ou encore la détérioration de la qualité de l’eau des rivières et des fleuves. 

Lors de ces tempêtes, de nombreuses activités doivent s’interrompre faisant perdre des sommes astronomiques aux pays de la région. Selon l’ONU, chaque année, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient voient partir en poussière près de 13 milliards de PIB.

En septembre 2015, une tempête de sable géante avait recouvert une grande partie du Moyen-Orient, entraînant la fermeture d’aéroports, des accidents de la route et de nombreuses admissions à l’hôpital.

Et les choses devraient continuer à s’aggraver. L’Irak, durant les deux prochaines décennies, pourrait connaître “272 jours de poussière” par an et en 2050, le seuil des 300 jours par an sera atteint, assurait début avril un haut responsable du ministère de l’Environnement.

La guerre de l’eau

En règle générale, les tempêtes de sable surviennent lorsque des vents forts soulèvent dans l’atmosphère de grandes quantités de sable et de poussière provenant d’un sol sec et nu.

Or, ces sols arides et semi-arides gagnent du terrain en Irak et au Moyen-Orient notamment sous l’effet du réchauffement climatique. Avec la hausse des températures, dépassant parfois les 50 degrés, et les faibles précipitations, les périodes de sécheresse deviennent de plus en plus nombreuses.

Par ailleurs, la concurrence féroce entre les États de la région pour s’approprier les ressources en eau, fournit une autre explication.

Comme le rappelle Middle East Eye, “la construction par la Turquie du gigantesque barrage Atatürk en amont de l’Euphrate et du barrage d’Ilısu sur le Tigre est décriée dans la mesure où ceux-ci contribuent à réduire les débits d’eau des deux grands fleuves de la région et provoquent un assèchement des terres plus au sud en Irak”.

L’Irak a également entrepris de nombreuses constructions de barrages au cours des dernières années, tout comme son voisin iranien, sans beaucoup de considération pour la gestion des ressources.

Selon certains experts, les guerres successives en Irak pourraient également être un facteur aggravant. En effet, lors d’un conflit armé, les destructions urbaines laissent les terres nues favorisant l’apparition des tempêtes. À cela s’ajoute, les déplacements de population qui entraînent l’abandon de terres cultivées.

L’exemple de la Chine et du Sénégal

Pour lutter contre les tempêtes de sable et ses effets néfastes sur la santé et l’économie, des efforts de prévention ont été entrepris ces dernières années avec la création de systèmes de surveillance. Ainsi, en 2014, un premier centre régional de prévisions pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient a été inauguré à Barcelone.

Pour tenter d’atténuer l’effet de ces calamités engendrées par la désertification, la gestion durable des terres doit devenir un enjeu prioritaire selon la banque mondiale.

Après ces tempêtes de sable en série, le ministère de l’Environnement irakien a également cité “la création de forêts qui font office de brise-vent”. Le pays pourrait suivre l’exemple de la Chine ou encore du Sénégal, deux pays qui cherchent à réduire la fréquence et l’intensité des tempêtes de sable grâce à des campagnes de reforestation massive.

►► À voir sur France 24 BILET RETOUR – Une fragile muraille verte en Afrique

Pour sa part, Pékin a commencé à planter des arbres il y a plus de quarante ans. D’ici à 2050, les autorités envisagent de planter 100 milliards d’arbres pour lutter contre l’avancée du désert de Gobi. Autant dire que le temps presse pour l’Irak et pour l’ensemble des pays du Moyen-Orient.

Avec AFP

What do you think?

1717 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Éric Sénéchal est animé par le volleyball de plage

Valence-sur-Baïse : le théâtre joue silence et émotions