in

Marta González : “La stabilité du Moyen-Orient ne dépend pas des actions des Etats-Unis” – Atalayar

Lors de la dernière édition de “De cara al mundo”, sur Onda Madrid, nous avons eu la participation de Marta González, journaliste et analyste internationale, qui a analysé la visite du président des États-Unis, Joe Biden, au Moyen-Orient et les mouvements politiques qui ont eu lieu.

Quel bilan peut-on tirer de la visite de Joe Biden au Moyen-Orient ?

Il est encore tôt et j’oserais dire que l’important n’est pas ce qui a été publié, ni ce qui était à l’ordre du jour visible de Joe Biden, mais ce qui n’était pas à l’ordre du jour visible. En fait, c’est la première fois qu’un président américain prend autant de temps pour visiter la région et deux partenaires stratégiques, mais nous pouvons maintenant approfondir les raisons pour lesquelles il lui a fallu 18 mois pour visiter cette zone stratégique. Deuxièmement, c’est la première fois qu’un président part avec un programme ouvert et beaucoup plus souple que les dirigeants précédents. Pour commencer l’analyse, je crois que le résultat de la visite du président américain se traduit par un gros titre : la stabilité de la région ne dépend pas des actions des Etats-Unis ; elle est écoutée et prise en compte ou non en fonction des besoins des partenaires et des nouvelles alliances qui se dessinent dans la région. Troisièmement, il est devenu évident que la région considère que les États-Unis ne sont toujours pas un allié fiable. Dans le cas de l’Arabie saoudite, il semble que la visite visait à panser les blessures que les accusations de Biden contre le prince héritier en tant qu’instigateur du meurtre d’un journaliste et les allégations de violations des droits de l’homme en Arabie saoudite ont générées, produisant cet éloignement dans les relations bilatérales. Par conséquent, ils ont également renforcé le sentiment d’autonomie stratégique par rapport aux États-Unis, non seulement en Arabie saoudite mais dans tous les pays du Golfe, y compris Israël.

Il n’est pas facile de regagner la confiance lorsque les États-Unis acquièrent une autonomie énergétique grâce au fracking et que cette partie du monde cesse d’être aussi stratégique pour Washington et se tourne vers l’Asie du Sud-Est. En même temps, le Moyen-Orient reste une région clé où des choses vraiment importantes se sont produites, comme les accords d’Abraham, où la compréhension entre Arabes et Israéliens change complètement la situation. 

Le Moyen-Orient est un nouveau Moyen-Orient, les accords d’Abraham mettent fin à toute cette procédure ouverte à Oslo il y a 30 ans avec le sommet de Madrid de 1991 et ouvre une nouvelle dimension dans les relations entre le monde arabe et Israël, qui retire la cause palestinienne de l’équation et la relègue comme une question de sécurité nationale interne israélienne. Cela n’enlève rien au fait que le président Biden a mentionné et contribué financièrement aux fonds de l’Autorité palestinienne par le biais d’organisations sociales et sanitaires telles qu’un réseau d’hôpitaux à Jérusalem. Il est vrai que Biden doit faire un clin d’œil à ses partenaires gouvernementaux et à la partie la plus radicale du parti démocrate, et que la cause palestinienne ne peut être écartée du discours des démocrates. S’il y a un avant et un après dans l’examen de la réponse de Biden à la cause palestinienne, alors qu’il a affirmé très clairement que Jérusalem est toujours la capitale d’Israël, il a rencontré le président de l’Autorité palestinienne à Bethléem, et c’est également important car c’est un autre geste qui le sépare de la capitale administrative de l’Autorité palestinienne. En outre, il a mentionné la gestion de la corruption, soulignant qu’il s’agit d’une question sérieuse et que la question du soutien au sionisme est un retour clair aux valeurs et à la relation bilatérale qu’Israël a toujours eue avec les États-Unis en tant que foyer de principes, de valeurs partagées et d’États qui partagent un destin manifeste. 
 

Marta González, periodista y analista internacional
Marta González, journaliste et analyste internationale

Biden a-t-il pu contribuer à un rapprochement afin que les accords d’Abraham, qui améliorent déjà les relations des EAU, de Bahreïn, du Qatar et du Maroc avec Israël, comptent aussi pour l’Arabie saoudite ? 

Ce nouveau Moyen-Orient n’est pas né du jour au lendemain, il dure depuis plus d’une décennie, il est vrai que les accords d’Abraham ont été la catapulte d’un processus qui a commencé il y a 20 ans. Je peux vous assurer qu’en 2006, 2008 et 2011, des Arabes du Golfe se promenaient paisiblement à Jérusalem et visitaient Tel Aviv à titre personnel. Ces relations ont eu deux axes, la peur de la menace iranienne, l’Iran ne menace pas seulement la région à cause de son expansion de la révolution, mais aussi à cause d’une conception du potentiel nucléaire qui est agressive, mais aussi parce que les liens de la révolution s’étendent très activement en Amérique latine, elle a aussi des liens en Europe, même si nous ne les voyons pas, mais elle les a, et elle pénètre très fortement en Afrique. La crainte du radicalisme islamique, du djihadisme et de la menace nucléaire, mais aussi balistique, iranienne a constitué une étape importante. Il y a maintenant une nouvelle génération, surtout dans le Golfe, qui en a assez de voir comment Israël, malgré toute la propagande, est un pays qui prospère et qui a des minorités ethniques dans son pays qui sont des citoyens, et le concept de citoyenneté est important au Moyen-Orient.

Le changement de génération est une étape importante pour progresser en termes de société…..

Nous parlons d’une région où l’identité et le nationalisme ne sont pas toujours liés à la question de la citoyenneté, nous le voyons en Syrie, au Liban et dans une moindre mesure dans les pays du Golfe, et nous le voyons dans tout le Moyen-Orient. Les printemps arabes ont rompu tout cet équilibre déséquilibré au Moyen-Orient. Aujourd’hui, il y a une nouvelle génération où 60 % de la population a moins de 30 ans, et c’est une population numérique, mais cela se passe aussi en Iran, où il y a un changement substantiel, également dans la mentalité des Émirats arabes, qui ces jours-ci, pendant le sommet du Néguev, a clairement indiqué que l’Iran n’est pas le problème, mais le régime agressif des ayatollahs. En Israël, il y a aussi une relation très favorable avec l’Iran, son peuple et sa culture, et je pense que si Trump avait poursuivi son mandat, un rapprochement entre l’Arabie saoudite et le reste des pays et un réchauffement des relations avec l’Iran auraient probablement été beaucoup plus proches. Cela n’a pas été possible et je pense maintenant que l’Arabie saoudite a besoin de temps et cela dépendra de la santé, du taux de natalité et de l’espérance de vie, car on ne peut pas passer du VIIe siècle au XXIe siècle du jour au lendemain. 

Il y a des choses qui ont encore besoin de temps.

En effet, certains problèmes doivent encore être résolus. Le prince bin Salman a pris des mesures très importantes pour moderniser sa société, écouter les nouvelles générations et se dissocier progressivement des conseils des oulémas, ceux qui dictent la théologie du régime. En d’autres termes, la politique et la maison royale sont liées à l’idéologie théologique de l’oued, dont il faut du temps pour se dissocier. Le roi Salman a 86 ans, pour des raisons de vie, il lui reste peu de temps, avec un peu d’optimisme une décennie, en 10 ans l’Arabie Saoudite peut faire les changements nécessaires et l’ensemble du Golfe et du Moyen-Orient peut prendre des mesures significatives si on leur donne du temps et s’ils comprennent ce que les sociétés arabes, quand vous lisez la presse dans les pays du Golfe, demandent à l’Occident et aux États-Unis. Leur demande est d’avoir du temps, de nous traiter comme des égaux et de penser que nos besoins en matière de sécurité reposent sur la compréhension du fait que l’Iran est un atout qui nuit à toute la région. 

Dans Atalayar, nous pouvons lire des articles écrits par des Iraniens anti-régime et ce qui est vrai, c’est qu’à l’intérieur de l’Iran, il y a de nombreuses protestations contre les conditions de vie précaires dans un pays producteur de pétrole. Le régime des ayatollahs avec son rapprochement avec les Émirats ou l’Arabie Saoudite montre qu’il se sent très peu en sécurité. 

Il se sent peu sûr, mais c’est quelque chose de dangereux.

Très dangereux parce qu’il a le Hezbollah au Liban, le Hamas à Gaza, ses bases en Syrie, dans le cadre de sa politique expansionniste, et il est toujours très dangereux. 

Surtout, nous sommes dans le territoire des guerres hybrides. Il y a juste une semaine, il y a eu une tentative, qui n’est rien de plus qu’un test, d’envoyer des drones iraniens à Karish. Tout cela en survolant les puits de pétrole et la plate-forme gazière d’Israël qui bordent les eaux territoriales libanaises. 

Ils veulent également les vendre à la Russie pour les utiliser dans la guerre en Ukraine. 

Bien sûr, et il y a là un conflit maritime majeur parce qu’on n’en parle pas, mais depuis quelque temps, il y a des pourparlers qui sont boycottés par le Hezbollah, ou plutôt par l’Iran à travers le Hezbollah, avec le Liban. En fait, le Liban a peut-être établi des relations diplomatiques avec Israël en 1998, mais c’est cette année-là qu’Israël a été le premier à être très près de signer un accord de paix avec le Liban, qui visait simplement à placer le Hezbollah dans la structure de l’État libanais et à le séparer de l’Iran.

What do you think?

2518 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

La grande pénurie de soignants est une réalité dans toute l’Europe – Le Monde

AOKZOE lance la première console portable équipée d’un Ryzen 6800U sur Kickstarter – Clubic