in

L’unique fois où Stephen King est mort au cinéma – Tom’s Guide

Stephen King est apparu plusieurs fois au cinéma. Mais l’homme n’est mort qu’une fois face caméra, sous la direction de George A. Romero.

Stephen King Creepshow film anthologie horreur stranger things ça jessie dans les hautes herbes netflix the mist les évadés la ligne verte the mist Stanley Kubrick
Stephen King est mort… enfin, au cinéma !

Stephen King est considéré comme l’un des maîtres de l’horreur. Ses nombreuses œuvres ont largement été adaptée au cinéma : La Ligne verte, Les Évadés, The Mist, Shining (Stanley Kubrick)… Du côté de Netflix, on trouve 1992, Dans les Herbes Hautes, Jessie. De vraies réussites, à de rares exceptions, à l’image de Ça, chapitre 2. Sans oublier les séries télévisées, ou celles puisant directement dans l’univers de l’auteur comme Stranger Things, dont une récente théorie affirme que Joyce est une tueuse. Mais Stephen King, en plus d’écrire des romans horrifiques, en a également adapté certains lui-même, comme un certain Maximum Overdrive (qui n’aura pas trouvé son public). L’homme est également apparu devant la caméra, dont l’une pour mourir, qui sera l’unique fois. Il s’agit d’un caméo dans un segment de Creepshow, anthologie horrifique saluée dans laquelle George R. Romero, le papa des zombies, dirige une histoire.

George A. Romero a tué son ami Stephen King dans l’anthologie horrifique Creepshow

Stephen King Creepshow film anthologie horreur stranger things ça jessie dans les hautes herbes netflix the mist les évadés la ligne verte the mist Stanley Kubrick
Stephen King incarne Jordy Verril – Crédit : Warner Bros. Entertainment (États-Unis) ; Laurel Entertainment (hors États-Unis)

C’est en 1981 que Knightriders sort sur les écrans, cinquième film de George A. Romero qui s’éloigne des zombies qui l’on rendu populaire. On y suit les aventures de marginaux, habillés en chevaliers, sur des motos et dirigés par un roi silencieux joué par Ed Harris. L’homme chevauche une Honda 1000 CBX 6 cylindres. Dans ce long-métrage apparaît Stephen King dans le rôle d’un chanteur. Mais l’auteur est ensuite réapparu chez le papa des zombies pour y mourir. Il s’agit d’un segment de l’anthologie horrifique Creepshow, sortie en 1982 et scénarisée par Stephen King himself.

C’est l’unique fois, sur la dizaine de caméo de Stephen King, que ce dernier meurt. George A. Romero aura été assez courageux pour s’en prendre au maître de l’horreur ! Stephen King joue Jordy Verril, personnage principal du segment La Mort solitaire de Jordy Verrill. L’auteur cabotine énormément et, si sa prestation n’est pas digne des Oscar, fonctionne à merveilleux. L’homme est infesté par une forme de vie végétale à la croissance très rapide. Dans ce segment, tourné vers l’humour et les gags, Jordy Verrill meurt de manière brutale.

Face à la menace, végétale, le personnage de Stephen King, désespéré, préfère se suicider avec un fusil de chasse, plutôt que finir dévoré par les plante. Une morte assez pertinente puisque la seule personne capable de tuer le maître de l’horreur est… le maître de l’horreur lui-même. Suite à son suicide, Creepshow laisse entendre que les plantes vont finir par dévorer le monde.

Source : ScreenRant

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Le golf en temps de pandémie: retard modéré – Le Journal de Montréal

L’Amérique, la Chine et les droits de l’Homme – Economiste Maghrebin