in

L’Europe doit se débarrasser de ses scories « trumpiennes » – La Tribune

L’après Trump commence à se dessiner outre Atlantique, même si les traces de ces quatre années vont continuer à durablement marquer les Etats-Unis : une Amérique divisée, un pays abandonné à la pandémie qui compte ses morts, un débat politique interne radicalisé et une place sur la scène internationale qui suscite la défiance, y compris parmi ses plus proches alliés.

Cependant, le « trumpisme » a fait des émules ces dernières années, y compris en Europe. Il y a d’abord les dirigeants populistes européens, et notamment en Europe de l’Est, qui ont vu leurs méthodes de gouvernance légitimisées par l’attitude de Donald Trump, qui prônait ouvertement un agenda anti-européen. Mais en Europe de l’Ouest aussi, le « trumpisme » a influencé les débats des dernières années, de la victoire de Boris Johnson aux élections britanniques jusqu’au ministre français de l’Economie, qui a déclaré que “les géants du numérique sont les adversaires de l’Etat”. Or, il est temps de revenir aux fondamentaux démocratiques et économiques, et de redonner leur véritable sens aux mots.

Attaques américaines

Certes, les Européens ont été atteints, pendant ses quatre années, par les attaques américaines contre le multilatéralisme, le chantage et les menaces de sanctions envers les produits européens, notamment par l’augmentation unilatérale et au mépris des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) des droits de douanes. Le multilatéralisme et le respect des règles de droit sont le fondement de la politique économique et commerciale de l’Union européenne. Les Etats-Unis de Joe Biden reviendront probablement à une politique davantage multilatérale, tout en conservant de la présidence Trump une volonté plus marquée et bipartisane de défendre leurs intérêts commerciaux. L’Europe, qui a tu pour un temps ses divergences internes pour parler d’une seule voix à l’administration Trump, doit conserver cette unité dans ses futures relations avec l’administration Biden. Or, le cavalier seul de la France avec sa taxe sur les services numériques, alors que des travaux sont en cours au niveau de l’Union européenne et de l’OCDE, augure mal de la volonté de Bruxelles de parler d’une seule, et forte, voix dans de futures négociations avec les Etats-Unis.

Relancer la relation transatlantique

L’Europe pourrait s’attacher à relancer la relation transatlantique par une politique commerciale dynamique mais apaisée, plutôt que de s’enfermer dans une volonté de souveraineté protectionniste. En effet, la Commission européenne va présenter ce mois-ci son « paquet » digital qui vise directement les grandes entreprises américaines du numérique. S’il est légitime de vouloir faire émerger de réels champions numériques européens, il parait vain de penser qu’une politique de régulation européenne, avec le Digital Market Act, voire l’évocation d’un possible démantèlement des GAFA, puissent en être les instruments. A défaut de créer une rupture technologique voire de nouveaux services, il est probable que ce soit encore une bataille perdue par Bruxelles, alors qu’un agenda ambitieux pourrait être établi avec l’administration Biden pour les prochaines années.

La présidence Trump laissera des traces aux Etats-Unis et dans le monde. L’Union européenne devrait en garder le meilleur, notamment son unité autour de ses intérêts et de ses valeurs fondamentales, et se débarrasser de ses aspects les plus dangereux, notamment ce vocabulaire guerrier qui divise, exacerbe et mène à l’impasse, pour repartir sur une relation raisonnée et constructive avec Washington.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Maroc : l’automobile se confirme comme acteur majeur de l’économie – franceinfo

Les opérations militaires belges en 2021: Moyen-Orient, Sahel, pays baltes et retrait d’Afghanistan