in

Le rythme de la campagne de vaccination va-t-il affecter la relance économique? – BFMTV

Plusieurs économistes ont mis en garde contre la lenteur de la campagne de vaccination observée ces derniers jours et son impact sur la reprise économique. De son côté, Bercy reste serein et maintient ses objectifs.

Jugée trop lente, la campagne de vaccination française contre le Covid-19 devrait connaître une nette accélération ces prochains jours, a promis le gouvernement après avoir essuyé de nombreuses critiques. Il faut dire que les débuts plutôt poussifs ont suscité l’inquiétude des observateurs tant sur le plan sanitaire qu’économique.

Et pour cause, l’un ne vas pas sans l’autre. Plus vite la France atteindra l’immunité collective grâce au vaccin, plus vite la situation sanitaire reviendra à la normale et plus vite l’économie pourra repartir.

Auprès du Monde, un proche du gouvernement estime ainsi qu’”une semaine de retard à atteindre l’immunité collective, et donc la reprise d’un fonctionnement normal de l’activité, c’est 4 à 5 milliards d’euros de PIB perdus et près de 2 milliards de manque à gagner en recette fiscale pour l’Etat”.

Une récente étude du cabinet Asterès estime pour sa part que l’administration d’un vaccin jusqu’à fin 2021 ferait perdre 60 milliards d’euros au PIB tricolore par rapport au scénario dans lequel la population serait immunisée dès la fin du premier semestre.

Bercy reste optimiste

Interrogé sur ce sujet, Bercy se montre serein. “Pas d’inquiétude”, confie l’entourage de Bruno Le Maire. Si le ministère de l’Economie reconnaît des erreurs dans le démarrage de la campagne de vaccination, il demeure confiant. “Le gouvernement a pris acte des critiques et revu sa copie”, assure un proche du ministre, promettant à son tour “une accélération et une simplification de la vaccination”.

Bercy ne compte pas céder à la panique et juge même “très prématurées” les premières mises en garde sur la reprise économique. Pourtant, plusieurs économistes s’alarment du retard que prendraient la relance et le retour à la croissance à cause de la lenteur de la vaccination.

Mais les équipes de Bruno Le Maire veulent calmer le jeu.

Ce n’est pas au bout d’une semaine que nous allons remettre en question notre projet économique pour 2021″, tranche-t-on à Bercy, qui maintient donc son objectif d’une croissance de 6% cette année.

Une prévision qui “devient maintenant héroïque”, selon Patrick Artus, chef économiste au sein de la banque Natixis, tablant davantage sur une croissance molle de 2 à 3%.

Retour de la croissance reporté?

Il faut dire que l’environnement demeure encore largement perturbé alors que certains pays européens, dont la Grande-Bretagne, se confine pour la troisième fois, malgré une campagne de vaccination bien plus avancée que dans l’Hexagone. La situation est donc encore loin d’être idéale pour s’attaquer à la relance voulue par le gouvernement dès le début de l’année. Pas question pour autant de modifier la stratégie, assure Bercy qui maintient ses objectifs de relance pour les secteurs qui sont repartis et poursuit les aides d’urgence pour ceux toujours fermés et sinistrés.

Le ministère de l’Economie dit par ailleurs faire la distinction entre la campagne de vaccination sur laquelle le gouvernement à la main et qu’il peut ajuster si nécessaire et les reconfinements annoncés en Europe, notamment en Grande-Bretagne et en Allemagne. Des événements exogènes sur lesquelles la France ne peut agir. Quoi qu’il en soit, ces deux sujets sanitaires nuisent à la relance. A tel point que le retour à la croissance, espéré dès le premier trimestre, a de plus en plus de chances d’être décalé au deuxième trimestre.

Thomas Sasportas avec Paul Louis

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

« Le Moyen-Orient et le monde ; l’état du monde 2021 » : une région en perte d’influence – Le Monde

Christophe Rauck : « Nanterre-Amandiers est le théâtre d’une ville, mais aussi un théâtre du Grand Paris » – sceneweb