in

Le réchauffement climatique sur les Alpes se voit de l’espace

Le réchauffement climatique entraîne la fonte de la neige sur les chaînes de montagnes, ce qui favorise l’augmentation de la végétation. Des données satellitaires montrent que cette dernière a augmenté dans près de 80 % des Alpes, ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour nous.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] COP21 : Les glaciers du Mont-Blanc menacés par le réchauffement climatique  Des satellites ont permis aux glaciologues d’observer un amincissement record de 12 mètres par an des glaciers du massif du Mont-Blanc dans leur partie la plus basse. Le Cnes nous propose en vidéo un point sur cette situation inquiétante. 

Le symbole du réchauffement climatique est la fonte des glaciers, comme c’est le cas en Arctique. Cette fonte est spectaculaire dans les montagnes dans les hautes altitudes qui sont des zones qui se réchauffent environ deux fois plus vite que la moyenne mondiale. Cela est inquiétant car ce sont des points chauds de la biodiversité et des services écosystémiques. Depuis quelques décennies, la couverture neigeuse est considérablement réduite, notamment dans les Alpes où cette réduction de neige est visible depuis l’espace. 

Publiés dans la revue Science, des chercheurs de l’université de Lausanne et de l’université de Bâle, en collaboration avec des collègues aux Pays-Bas et en Finlande, ont analysé les tendances spatio-temporelles de la couverture neigeuse et la productivité de la végétation dans les Alpes européennes avec des données satellitaires à haute résolution au cours des 38 dernières années (1984-2021).

Qu’observent-ils depuis l’espace ?

Les résultats de ces données de télédétection ont montré que la couverture neigeuse avait bien diminué, d’environ 10 % sur la région d’étude. Cela peut sembler peu, mais il faut souligner qu’il s’agit d’une tendance inquiétante qui deviendra plus sévère avec le temps. Qui dit moins de neige dit plus de végétation et, en effet, la productivité de cette dernière a augmenté de 77 % au-dessus de la limite des arbres dans la zone étudiée. 

Ces observations montrent donc que le changement climatique a entraîné une baisse de la couverture neigeuse et une augmentation de la productivité des plantes, qui est un processus connu sous le nom de « verdissement ». Il est tentant de penser que ce phénomène pourrait favoriser la séquestration du carbone mais il est peu probable que ça compense les conséquences négatives. En effet, des montagnes plus vertes reflètent moins la lumière du soleil (réduction de l’albédo) et favorisent le réchauffement qui, à son tour, conduit à la fonte de la couverture neigeuse restante. Ce cercle vicieux entre la neige et la végétation, appelé rétroaction, va donc conduire à des changements encore plus prononcés dans le futur. 

Conséquences de ces changements

Ces modifications provoquent des évolutions majeures dans l’environnement ; elles affectent les écosystèmes et les populations alentour. En effet, la fonte des glaciers et le dégel du pergélisol peuvent entraîner des glissements de terrain, des éboulements, des coulées de boue et la perte d’habitat en mettant encore plus en danger les fragiles communautés végétales et animales alpines. De plus, la neige et la glace dans les Alpes jouent un rôle important dans l’approvisionnement en eau potable, ils fournissent près de la moitié des ressources mondiales en eau douce, et sa disponibilité est de plus en plus menacée.

Bien qu’il soit prévu une augmentation des précipitations dans les Alpes européennes, le réchauffement rapide induit dans les régions montagneuses va réduire la quantité de pluie qui tombera sous forme de neige. Les scientifiques estiment que la masse de neige sera réduite d’environ 25 % au cours des 10 à 30 prochaines années.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

FUDGE : un premier festival de danse consacré aux jeunes

Covid-19. Un décès et 438 nouveaux cas ce samedi 4 juin