in

Le Covid n’est toujours pas une simple grippe

Journal d’épidémie

Article réservé aux abonnés

Journal d’épidémie, par Christian Lehmanndossier

Dossiers liés

Christian Lehmann est médecin et écrivain. Pour «Libération», il tient la chronique d’une société suspendue à l’évolution du coronavirus. Avec plus de 150 000 morts en deux ans et demi, encore 30 000 contaminés chaque jour et un impact inconnu sur le long terme, le virus ne peut pas être ramené à un rhume. Cette définition dangereuse est, en partie, le fruit d’un double discours gouvernemental.

«Mais on ne peut pas se dire qu’au final le Covid, c’est devenu comme la grippe : un rhume, trois jours au lit, et enfin passer à autre chose ?» Combien de fois par jour entendons-nous cette rengaine, dès que nous abordons en consultation ou sur les réseaux sociaux la nécessité du port du masque en lieu clos et dans les transports, devant des citoyens ? Citoyens que le double discours du gouvernement, à base de «vigilance armée» et de «responsabilité individuelle» a amenés à considérer que la crise est derrière nous, puisqu’on n’en parle quasiment plus.

Parce qu’heureusement, grâce aux vaccins, le risque de forme grave du Covid a nettement diminué. Pour beaucoup de gens, leur épisode omicron s’est résolu très rapidement avec un minimum de signes, il est tentant d’imaginer que le virus peut être considéré comme une «simple» grippe, voir un rhume hivernal.

Malheureusement il n’en est rien. Car si le vaccin protège des formes graves, il ne semble pas influer sur la survenue de Covid longs, même s’il n’existe pas encore à ce stade de définition claire de cette entité clinique, au sujet de laque…

What do you think?

1274 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Économie : le pape incite à penser le monde d’après

Et si vous testiez le théâtre immersif ?