in

Le cinéma ByTowne ferme définitivement ses portes | Actualités artistiques | Arts – Le Droit – Groupe Capitales Médias

Les propriétaires de cette petite salle indépendante vouée au cinéma d’auteur et étranger ont affiché leur décision vendredi 4 décembre, sur leur site Internet et les médias sociaux.

«J’ai de mauvaises nouvelles. J’ai décidé de fermé le ByTowne», a indiqué le responsable de la programmation – entre autres chapeaux et fonctions – du Bytowne, Bruce White, en précisant que le cinéma fermerait ses portes le 31 décembre prochain.

Dans un long message adressé à sa clientèle cinéphile, Bruce White explique que «le cinéma perd de l’argent chaque jour» depuis le début de la pandémie et que «même lorsque nous avons été autorisés à ouvrir, le nombre de spectateurs venus voir des films s’est avéré «dramatiquement faible».

L’autre facteur qui a motivé sa décision de mettre fin à la programmation est «que nous commençons à manquer de films» à projeter, ajoute-t-il.

Véritable institution pour les cinéphiles d’Ottawa-Gatineau, le ByTowne Cinema, situé sur la rue Rideau, a pignon sur rue depuis 1988 (voire 1946, si l’on remonte à ses origines: le Nelson cinema).

Le ByTowne bénéficie d’un «fantastique bassin de clients réguliers», mais, même malgré les protocoles de distanciation et de nettoyage systématique mis en place pour limiter la propagation du virus, «de nombreux habitués ne venaient plus, ces derniers temps», regrette M. White.

Il ajoute qu’il «ne les blâme pas», et qu’il respecte la sensibilité de chacun face aux risques qu’il sont prêts à prendre. Mais le constat demeure: « dans les circonstances, beaucoup de clients ne veulent pas encourir le risque «non essentiel» d’aller s’asseoir sur un fauteuil de cinéma.

Dépendance aux décisions des distributeurs

En outre, le nombre de films disponibles pour projection dans les salles de cinéma a diminué comme peau de chagrin, ces derniers mois. En effet, les distributeurs essaient de s’adapter et de trouver des solutions rentables – pour eux – à la crise.

«Avec l’arrivée de la pandémie, les distributeurs ont eux-aussi dû prendre des décisions économiques», contextualise Bruce White. Bien souvent, ils se sont mis à «vendre leurs films à des plate-formes de streaming», de façon à ce qu’ils soient vus. Certains distributeurs ont décidé de «couper leurs dépenses, en limitant l’accès» des salles à leurs films, pour les réserver à quelques écrans contingentés, et triés sur le volet. 

D’autres ont repoussé les sorties de leurs films, parmi ceux qui devaient sortir à l’automne et cet hiver. Un report dont la durée reste «indéterminée», fait-il valoir, car elle reste tributaire de l’évolution de la pandémie, voire des décisions des pouvoirs publics. 

En tant que diffuseur, il lui est difficile de planifier les choses, «advenant un futur plus rose».

«Le réseau de la distribution cinématographique, tout comme les cinémas et les cinéphiles, préfèrent légitimement «attendre le moment où l’on aura largement accès à un vaccin contre le coronavirus», note par ailleurs Bruce White. «Et cela, de façon réaliste, n’arrivera pas avant plusieurs mois… peut-être même plus d’un an. Voilà une raison supplémentaire» à la fermeture du Bytowne.

Passer le relais ?

M. White contemple l’idée de passer le relais depuis un certain temps déjà. Avant la pandémie, précise-t-il même.

Le responsable de la programmation assure qu’il «travaille sérieusement, depuis août 2019, à un plan de succession» qui permettrait à une éventuelle poursuite des opérations. 

Il explique qu’il creusait la question de savoir «qui pourrait racheter la business, la reprendre en mains, et poursuivre la tradition du ByTowne ?», car, écrit-il, «je suis à l’âge de la retraite et le cinéma aurait bien besoin d’idées neuves».

«La réflexion progressait plutôt bien. C’est alors que la pandémie a frappé de plein fouet», résume-t-il. Il indique avoir dû se faire une raison: «Ce scénario (de reprise) ne semble guère envisageable tant que nous ne sommes pas sortis de l’oeil du cyclone pandémique».

Plus de détails à venir.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Le cyberharcèlement, ou l’autre visage du mauvais usage de la technologie

Qui est NanoBridge, cette pépite qui veut créer des puces à interrupteur atomique ?