in

Hugues Renson: «L’épidémie ne doit pas interdire le débat»

VIDÉO – Le vice-président de l’Assemblée nationale juge déraisonnable de remettre la réforme des retraites dans le débat public à ce stade.

«L’agenda parlementaire des prochaines semaines est chargé.» Hugues Renson ne veut pas que le virus ait raison de l’élan réformateur promis par Emmanuel Macron: «L’épidémie ne doit pas et ne va pas interdire le débat public, la controverse et les projets de société», a-t-il estimé jeudi au «Talk Le Figaro». Le vice-président de l’Assemblée nationale promet des textes de loi sur les principes républicains, sur l’écologie, sur le grand âge et l’autonomie. Il est en revanche beaucoup plus réservé sur un retour à l’agenda de la réforme des retraites, trop prématuré à son goût. «Dans une société qui est fragilisée, je ne crois pas qu’il serait raisonnable à ce stade et dans le contexte que l’on connaît, de remettre dans le débat certains sujets comme les retraites», juge-t-il. Selon lui, «la société n’y est pas prête, on sent que l’on est dans un moment de tension».

Cette réforme des retraites a fait couler beaucoup d’encre il y a tout juste un an, par sa dimension systémique pour introduire plus de justice et par sa dimension paramétrique. «Ceux qui plaident pour que l’on fasse vite cette réforme sont plutôt ceux attentifs à la question paramétrique, à l’équilibre général», précise le Marcheur. À ce titre, Hugues Renson préfère jouer la montre en s’inscrivant dans la volonté de Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale. «Le président Ferrand a indiqué que c’était plutôt par cette réforme que l’on pouvait démarrer un cycle de nouveau mandat», appuie-t-il.

Quant au texte sur le séparatisme, «c’est un débat très attendu, assure le parlementaire. Initié par le président de la République dans le discours très équilibré des Mureaux, cela va être un moment important de la législature».

«Réparer le pays»

Sur quelle thématique portera la prochaine élection présidentielle? Aucun doute pour Hugues Renson, 2022 se jouera sur une question: «Réparer le pays et prendre soin à la fois des individus et de la société qui est aujourd’hui fragilisée et abîmée par l’épidémie

Pour l’heure, le vice-président de l’Assemblée se concentre sur la campagne de vaccination et en appelle à «une mobilisation générale». Il plaide à ce titre pour un effort «collectif solidaire». Le Marcheur rappelle «qu’il va de soi» que la santé publique incombe à l’État sur l’ensemble de son territoire. Or, dans le déploiement de cette stratégie, «tous les acteurs doivent avancer main dans la main, martèle-t-il. Le corollaire de la mobilisation générale et nationale que j’appelle de mes vœux, c’est le contrôle et la transparence». Raison pour laquelle «le Parlement dans toutes ses composantes, sur tous ses bancs, doit être associé à cette stratégie vaccinale» conclut-il.

What do you think?

1000 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Covid-19: Jean Castex prépare les esprits à de nouvelles restrictions

Football – Coupe de France – Coupe de France: le PSG affrontera Caen ou Guingamp en 32es de finale