in

Guerre en Ukraine: la numéro 1 mondiale Swiatek organise un grand tournoi de tennis caritatif

Devenu figure de la résistance ukrainienne en délaissant sa raquette pour une arme, le tennisman Sergiy Stakhovsky participera ce samedi à un tournoi caritatif organisé en Pologne par la numéro un mondiale Iga Swiatek. L’occasion pour la tenniswoman de remettre la lumière sur l’invasion russe en Ukraine, qu’elle juge oubliée des esprits collectifs.

L’ancien joueur de tennis ukrainien Sergiy Stakhovsky s’est dit samedi “déçu” par les joueurs de tennis russes qui, par crainte de représailles selon lui, n’ont pas dénoncé l’invasion de son pays par la Russie. “Ils ont tous peur pour leur propre sort. Ils ne veulent pas aller en prison, mais ils acceptent que des enfants et des femmes meurent”, a déclaré Stakhovsky à des journalistes à Cracovie (Pologne).

Un tournoi caritatif avec Swiatek, Svitolina et Agnieszka

“Je préférais échanger, aller en prison pour quelques semaines ou même un mois si je pouvais sauver une vie en faisant cela”, a-t-il insisté. Stakhovsky, 36 ans, est en Pologne pour participer à un événement caritatif de tennis organisé par la numéro 1 mondiale polonaise Iga Swiatek, dont les recettes seront versées aux jeunes touchés par la guerre en Ukraine.

Parmi les autres participants figurent l’ancienne numéro 2 mondiale Agnieszka Radwanska, l’Ukrainienne Elina Svitolina et la légende du football ukrainien Andriy Chevtchenko. Avant de disputer quelques matches d’exhibition, Swiatek a estimé que le monde commençait à oublier la guerre en Ukraine. “Dans un sens, le souvenir s’est estompé et de nombreux joueurs ont retiré les rubans (bleu et jaune ukrainiens) qu’ils avaient porté début février pendant, disons, quelques matches”, a-t-elle déclaré.

“Je suis déçu, c’est le moins qu’on puisse dire”

“Je trouve cela un peu incohérent, mais je me concentre avant tout sur ce que je peux faire pour aider”, a ajouté la joueuse de 21 ans. “Je sais aussi que beaucoup de joueurs n’ont pas tout à fait envie de s’exprimer…. Nous pouvons chacun décider de partager nos pensées ou de les garder pour nous et je respecte cela”, a-t-elle ajouté.

Stakhovsky, qui a mis fin à sa carrière au début de l’année et a rejoint les forces ukrainiennes, a regretté que les joueurs russes soient soudainement devenus silencieux. “J’ai rencontré des joueurs russes à Paris — je ne vais pas citer de noms — pendant Roland-Garros. Pratiquement, tous sont partis ou ont détourné la tête quand ils m’ont vu arriver”, a-t-il indiqué.

“Je les connais tous depuis très longtemps. J’ai vu leurs carrières se développer. Et je suis déçu, c’est le moins qu’on puisse dire”, a regretté celui qui a remporté dans sa carrière quatre titres ATP. Stakhovsky a, en revanche, présenté Andreï Rublev et Daria Kasatkina comme les seules exceptions à cette règle et les a félicités d’avoir fait part de leur opposition.

“Héroïne à sa manière”

“Rublev est peut-être le seul joueur à s’être exprimé publiquement et à avoir dit stop à la guerre, dès la première semaine”, a déclaré Stakhovsky, en référence au geste du Russe durant le tournoi de Dubaï, où il avait inscrit sur l’objectif d’une caméra le message “Pas de guerre, s’il vous plaît”.

Kasatkina a, elle, qualifié la guerre de “cauchemar” dans une récente interview sur YouTube et a également critiqué l’attitude de Moscou face à l’homosexualité après avoir révélé être en couple avec une femme. “J’ai une grande admiration pour Daria… Elle est une héroïne à sa manière”, a déclaré Stakhovsky. “S’il y avait plus de Russes comme elle, cette guerre n’aurait jamais commencé.”

AC avec AFP

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Tennis : bonne entame pour Garcia à Varsovie – Le Figaro

Basket: sauvé par la Fédé, l’Elan Béarnais reste finalement en Betclic Elite