in

Guerre en Ukraine: Dayana Yastremska appelle les sportifs russes à se “désolidariser publiquement”

Invitée sur BFMTV avant le début de l’édition 2022 de Roland-Garros, la joueuse de tennis ukrainienne Dayana Yastremska a réaffirmé son message à l’encontre des sportifs russes, qu’elle appelle à réagir et à se désolidariser publiquement des actions militaires engagées par leur pays en Ukraine.

Dayana Yastremska sera bien présente à Roland-Garros. En dépit de la guerre dans son pays, la 133e joueuse mondiale a confirmé sa présence au tournoi du Grand Chelem parisien ce mercredi sur le plateau de BFMTV.

Interrogée sur la difficulté de continuer à pratiquer son métier eu égard de la situation dans son pays, la joueuse de 22 ans a dit essayer de “faire abstraction”: “C’est compliqué même si je me sens soutenue quand je suis sur le court, j’essaie de faire abstraction mais c’est impossible de ne plus y penser du tout. Dès que mon entraînement ou mon match est terminé, je revois l’actualité, je me tiens informée de ce qu’il se passe et je vois l’actualité terrible qui revient.”

Yastremska, qui avait atteint la finale de l’Open de Lyon début mars, a ensuite été questionnée sur le soutien du public français. “J’ai le sentiment que le monde entier soutient l’Ukraine”, explique-t-elle. “Les sportifs ukrainiens sont soutenus, je suis très reconnaissante et j’espère que cela sera également le cas à Paris. C’est un honneur pour moi de représenter mon pays à un tournoi aussi prestigieux que l’est Roland-Garros”.

“S’ils sont sourds aux souffrances du peuple ukrainien, ils devraient avoir un prix à payer”

La joueuse ukrainienne a également profité de son invitation sur le plateau de BFM TV pour délivrer un message bien précis à l’égard des sportifs russes: “On attend de leur part une réaction, une désolidarisation publique. Ils doivent exprimer leur opinion. Cela serait bien si demain les sportifs russes sortent de leur silence. Même si cela ne suffit pas, il faut le dire publiquement sinon on ne devrait pas pouvoir jouer contre eux lors de tournois et autres compétitions. (…) Si je croise un joueur ou une joueuse russe sur les courts ou en coulisses, qu’est-ce que je ferai? Rien. Je pense que c’est à eux de nous approcher, de s’exprimer. S’ils sont sourds aux souffrances du peuple ukrainien, je pense qu’ils devraient avoir un prix à payer”.

Sur le même sujet

Dayana Yastremska rejoint ainsi la position prise le 20 avril par la direction du tournoi de Wimbledon d’interdire l’accès aux joueurs russes et biélorusses lors du prochain tournoi du Grand Chelem britannique, prévu du 27 juin au 10 juillet. Cette décision avait été saluée par les joueurs et joueuses ukrainien(ne)s, nettement moins par les Russes mais aussi par le numéro un mondial, Novak Djokovic.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet

Roland Garros > A 19h, on va savoir !