in

Fibre optique : la France devient la championne en Europe

Bonne nouvelle pour le gouvernement en ces temps de Covid-19. Petit à petit, la France est en train de devenir la championne d’Europe de la fibre optique. C’est ce que montrent les derniers chiffres de l’Arcep et une étude réalisée par le think tank Idate sur 39 pays pour le FTTH Council Europe, une organisation qui regroupe 150 professionnels du secteur.

Aujourd’hui, plus de 22 millions de foyers français sont raccordables à la fibre, c’est-à-dire qu’ils peuvent demander à un opérateur d’amener la fibre à l’intérieur de leur domicile pour bénéficier d’un accès à Internet à très haut débit. C’est une hausse de 33 % sur un an. Au rythme actuel de plus de 5,5 millions de lignes construites en un an, l’ensemble des 41 millions de locaux privés et professionnels pourrait théoriquement être fibrés mi-2024.

Ce calcul reste toutefois théorique, car les dernières lignes sont souvent les plus complexes et les plus coûteuses à déployer. Mais la performance place la France en tête de tous ses voisins européens, selon l’Idate – à l’exception de la Russie (avec 49 millions de locaux raccordables avec la fibre ou le câble).

Un « service universel » pour la fibre

Certes, d’autres pays européens enregistrent une dynamique plus forte cette année sur cet indicateur, comme l’Italie (+47 %), l’Allemagne (+46 %) ou le Royaume-Uni (+41 %). Mais ce sont aussi des pays qui partent de plus loin.

La France, elle, a clairement fait le choix de la fibre optique, dès 2013. Cette année-là, le gouvernement avait lancé le Plan France Très Haut Débit, un vaste chantier à 3,3 milliards d’euros publics. Objectif, apporter le très haut débit sur 100 % du territoire en 2022, dont 80 % via la fibre optique, le reste devant être assuré par des technologies alternatives.

Depuis, le gouvernement est même allé plus loin, puisque la fibre optique doit désormais devenir un « service universel », comme l’eau ou l’électricité. Toute la filière, des opérateurs (surtout Orange et SFR) aux sous-traitants, s’est donc mise en ordre de marche. Le premier confinement du printemps avait grippé le chantier,mais il est ensuite vite reparti. L’objectif des 5 nouveaux millions de locaux raccordables en 2020 devrait ainsi être atteint.

« Taches de léopard »

Une fois construit, le réseau doit cependant être « rempli ». Or jusqu’à présent, la France enregistrait un décalage. Au troisième trimestre, « seuls » 9,2 millions de Français étaient de fait abonnés à la fibre, selon les chiffres de l’Arcep, le régulateur des télécoms, sur un parc potentiel de 22 millions. En cause, une couverture en « taches de léopard » dans certains quartiers, des problèmes de qualité sur le terrain, mais aussi la concurrence de l’ADSL, qui offre malgré tout lui aussi de bons débits…

Cependant cet écart se résorbe, notamment grâce au télétravail qui a permis aux opérateurs de recruter des clients fibre à des rythmes sans précédent. Au troisième trimestre, près de 1 million de Français supplémentaires se sont abonnés – du jamais-vu. La France terminera ainsi l’année avec 10,5 millions d’abonnés à la fibre optique, soit 50 % de plus qu’en 2019. Selon l’Idate, ce nombre va tripler en six ans. En 2026, la France sera en tête du continent en nombre d’abonnés rapportés à sa population.

Un écart entre les campagnes elles-mêmes

Cependant, les chiffres de l’Idate ne montrent pas les écarts intranationaux entre les villes et les campagnes, voire entre les zones rurales elles-mêmes. Or c’est précisément la donnée que le gouvernement surveille comme du lait sur le feu, notamment depuis la crise des « gilets jaunes », alimentée en partie par la fracture numérique.

Un quart des Français seulement sont raccordables à la fibre en zone rurale, contre deux tiers dans les villes moyennes et plus de 80 % dans les grandes villes. Et même dans celles-ci, les disparités sont fortes, avec des communes comme Paris et Lyon couvertes en quasi-totalité, mais Marseille ou Nantes aux deux tiers, et Lille même pas à moitié.

Dans les campagnes, la disparité est encore plus forte. Certes, des départements ruraux sont enfin fibrés à 100 %. Mais d’autres zones n’ont encore aucun plan de couverture. Cette situation, potentiellement explosive, a d’ailleurs conduit le gouvernement à lancer fin octobre une mission sur la « sécurisation des déploiements » dans les réseaux de fibre optique financés par l’Etat.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

L’Europe est-elle vraiment antimusulmane ? – Courrier International

Accor Moyen-Orient et Afrique s’agrandit et inclus l’Inde et la Turquie.