in

Festival international du film du Caire: le Maroc absent de la compétition officielle

Par Qods Chabaa le 03/12/2020 à 17h27

festival du Caire

Le décor de la cérémonie d’ouverture du Festival international du film du Caire en 2020. 

© Copyright : DR

La 42e édition du Festival international du film du Caire (CIFF) a démarré hier mercredi 2 décembre en grande cérémonie à l’Opéra du Caire en Egypte. Le Maroc est absent de la compétition officielle qui présente jusqu’au 10 décembre un total de 15 œuvres cinématographiques.

La 42e édition du Festival international du film du Caire a démarré mercredi 2 décembre. Elle se déroule en présentiel malgré l’épidémie du Covid-19 et regroupe 15 films en compétition officielle, dont trois seront projetés en avant-première mondiale. Il s’agit du film chinois Moyerdoga, réalisé par Sau Jinling,  de German Language Lessons du cinéaste bulgare Pavel G. Vesnakov et  de Couvre-feu de l’Égyptien Amir Ramsès.

Le cinéma marocain est absent de la compétition et il est représenté uniquement dans la section «Horizons du cinéma arabe» avec L’automne des pommiers de Mohammed Mouftakir et Mélodie de la morphine de Hicham Amal.

Le premier raconte l’histoire d’un enfant de dix ans, qui n’a jamais connu sa mère disparue dans des circonstances mystérieuses immédiatement après sa naissance, et qui se heurte au déni de son père à son égard, à son manque de reconnaissance et à la suspicion de sa lignée.

La mélodie de la morphine évoque l’histoire du célèbre musicien et violoniste Said Al Tayer -campé par l’acteur Hicham Bahloul-, devenu amnésique à la suite d’un tragique accident de la circulation, mais qui retrouve rapidement la mémoire grâce à ses créations musicales.

La cérémonie d’ouverture de ce festival de cinéma -dont on salue la longévité, mais qui perd de son aura- a été marquée par des remises de prix et par un vibrant hommage rendu à l’écrivain et scénariste égyptien Wahid Hamed. Ce dernier a reçu  le prix «Pyramide d’or», en reconnaissance de son dévouement au 7e art et de ses œuvres cinématographiques immortelles.

La star égyptienne Mona Zaki a reçu le prestigieux prix «Faten Hamama», qui récompense la créativité cinématographique. Le célèbre scénariste britannique Christopher Hampton a également eu droit à un hommage.

 

Par Qods Chabaa

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Covid-19 : comment les pays d’Asie ont réussi à laisser la pandémie à leurs portes – Le Monde

7 signes que l’ASIE est le nouveau CENTRE DU MONDE