in

Festival Ciné-Palestine 2022 : Focus sur le féminisme dans les pays arabes

Hier soir, le 26 mai, avait lieu au cinéma Le Luminor à Paris, dans une salle pleine, la soirée d’ouverture de la 8e édition du Festival Ciné-Palestine. Et hier soir, on a vu As I Want, de la réalisatrice palestinienne Samaher Alqadi. Un film sur le quotidien des femmes égyptiennes.

Harcelées dans la rue, agressées, violées, les vies des femmes égyptiennes est un véritable Enfer. Même quand on est au courant de ce qu’elles subissent, c’est toujours douloureux de voir toute cette oppression à l’écran.

Le documentaire commence au Caire le 25 janvier 2013, jour anniversaire de la révolution égyptienne. Deux ans auparavant, après 17 jours de révolte, le président égyptien Hosni Moubarak est sommé de quitter le pouvoir.

Des milliers de femmes descendent alors dans la rue, la colère au ventre. Plusieurs agressions sexuelles ont alors lieu sur la place Tahrir, épicentre et lieu emblématique de la révolution, dans une indifférence quasi générale.

Deux ans plus tard, malgré le danger, les femmes descendent de nouveau dans les rues. Pour réclamer les mêmes droits. Une manifestation qui sera la première d’une longue série.

La mobilisation est énorme : des femmes de tous les milieux sociaux – classe moyenne, riches, pauvres, voilées, non voilées, de tous les âges – marchent pendant des heures entre la mosquée Sayyeda Zeinab – qui porte le nom d’une femme – et la place Tahrir.

La réalisatrice palestinienne Samaher Alqadi qui vit alors au Caire sort alors de chez elle avec une caméra et décide de filmer. Elle filme les femmes pour entendre ce qu’elles ont à dire. Elle interpelle les hommes pour leur demander des comptes. Samaher Alqadi leur tient tête en les mettant face à leurs responsabilités.

Samaher Alqadi veut surtout savoir comment l’Égypte en est arrivé là. Comment, alors que des hommes descendent dans la rue pour réclamer la liberté, ils décident d’en priver d’autres, les femmes, la moitié de l’humanité, en les agressant ?

Le festival Ciné-Palestine, avec un focus particulier sur le féminisme dans les pays arabes, jusqu’au au 5 juin à Paris (renseignements sur la page Facebook du festival) et à Marseille du 7 au 9 juin.

Festival Ciné-Palestine 2022 : Focus sur le féminisme dans les pays arabes

>> A lire aussi : Le concert unique et caritatif « One Night In Algeria » le 4 Juin 2022

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

L’Europe dans le nouvel « après-guerre »

Une 36e journée GOLF SANTÉ