in

Facebook dans le collimateur de l’antitrust américain de la technologie – Hespress Français

Les entreprises technologiques géantes dont les services sont tissés dans la vie sociale sont désormais la cible d’une attaque de plus en plus élargie de la part des autorités gouvernementales des Etats-Unis chargées de la concurrence. 

Les régulateurs ont déposé mercredi des poursuites antitrust historiques contre Facebook, dans une deuxième grande offensive gouvernementale cette année contre des géants de la technologie autrefois apparemment intouchables, les GAFA, naguère considérés comme des innovateurs et des créateurs d’emplois – et largement laissés seuls par Washington pendant près de deux décennies – ces grandes entreprises technologiques ont vu leur fortune politique s’effondrer.

Facebook, Google, Amazon et Apple ont été examinés de près par le Congrès, les régulateurs fédéraux, les procureurs généraux des Etats et les autorités européennes rien ni personne ne les épargne désormais. C’est que leur soutien politique d’autrefois considérable au Congrès s’est sérieusement érodé. Il est peu probable que la pression s’atténue avec le nouveau visage politique des Etats-Unis. Le président élu Joe Biden ayant déclaré que l’éclatement des géants de la Big Tech les GAFA, devrait être sérieusement envisagé. Les élus des deux Chambres ( Représentants et Sénat) des deux principaux partis se font donc, les champions d’une surveillance renforcée de cette industrie, faisant valoir que son énorme pouvoir de marché est hors de contrôle, écrasant les plus petits concurrents et mettant en danger la vie privée des consommateurs.

Pour ce qui est du joujou de Mark Zuckerberg, « Facebook », la Federal Trade Commission (FTC) et 48 États et districts ont poursuivi le géant des réseaux sociaux, l’accusant d’abuser de son pouvoir de marché pour écraser les petits concurrents et de chercher des remèdes qui pourraient inclure une retombée forcée des services de messagerie Instagram et WhatsApp prisés de Facebook. Facebook est le plus grand réseau social au monde avec 2,7 milliards d’utilisateurs et une entreprise d’une valeur marchande de près de 800 milliards de dollars. Le PDG Mark Zuckerberg est la cinquième personne la plus riche du monde et le visage le plus public de la fanfaronnade Big Tech. La FTC, est une agence de régulation indépendante dont les cinq commissaires comprennent actuellement trois républicains et deux démocrates. Deux des trois républicains, Noah Phillips et Christine Wilson, ont voté contre l’action de l’agence contre Facebook. Et la coalition de 48 États et districts qui a poursuivi Facebook est bipartite.

La conduite de l’entreprise a entravé les choix des consommateurs et porté atteinte à la confidentialité de leurs données, ont accusé les régulateurs. Les sceptiques antitrust désignent les nouveaux services de médias sociaux tels que TikTok et Snapchat comme des rivaux qui pourraient potentiellement «dépasser» les anciennes plateformes comme Facebook. Aussi, les députés et les défenseurs des consommateurs ont accusé Facebook de comportement anticoncurrentiel, surtout en achetant de petits rivaux en herbe comme Instagram et WhatsApp et en copiant des fonctionnalités introduites par des concurrents.

Les critiques affirment que de telles tactiques réduisent la concurrence et pourraient limiter les alternatives viables pour les consommateurs qui recherchent, par exemple, des services comparables qui font moins de suivi pour la publicité ciblée. Les entreprises, comme d’exemple les magasins de maman ou de pop, qui ont des difficultés à atteindre les consommateurs en ligne pourraient devoir payer plus pour les publicités si elles ont moins de choix que l’exclusivité Facebook. Les publicités en ligne représentent l’essentiel des revenus de l’entreprise, qui ont atteint plus de 70 milliards de dollars l’année dernière.

Les nouvelles poursuites ont été annoncées par la FTC et le procureur général de New York, Letitia James, aboutissant à des enquêtes séparées au cours des dix-huit derniers mois. La FTC a déclaré que Facebook s’était engagé dans une «stratégie systématique» pour éliminer sa concurrence, notamment en achetant de petits rivaux prometteurs comme Instagram en 2012 et WhatsApp en 2014. Lors d’une conférence de presse, James a déclaré, « Il est extrêmement important que nous bloquions cette acquisition prédatrice d’entreprises et que nous redonnions confiance au marché ».

Facebook a qualifié les affirmations du gouvernement d ‘« histoire révisionniste » qui punit les entreprises prospères et a noté que la FTC avait autorisé les acquisitions d’Instagram et de WhatsApp il y a des années. « Le gouvernement veut maintenant une reprise, envoyant un avertissement effrayant aux entreprises américaines qu’aucune vente n’est jamais définitive », a déclaré l’avocate générale de Facebook, Jennifer Newstead, dans un communiqué.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Une pièce de théâtre audio aborde la question de la propriété des terres au Canada – ICI.Radio-Canada.ca

Covid : ce qu’il faut retenir de la journée du 10 décembre – Les Échos