in

Débat à Londres sur le mode d’émission des obligations d’Etat

La lettre est partie le mois dernier, mais son contenu n’a été révélé que cette semaine. Le président du très influent Treasury Committee du parlement britannique – Mel Stride – y demande des comptes au président du Debt management office (DMO), l’agence en charge de placer la dette du Royaume-Uni sur les marchés, comme le rapporte le « Financial Times ». Le parlementaire s’y émeut de la façon dont le DMO a émis les Gilts – les obligations d’Etat britanniques – au cours de ces 10 dernières années.

Il y pointe les quelque 70 opérations menées par syndication, pour un montant total de 301 milliards de livres sterling sur la période. Les Etats ont en effet deux façons de placer leur dette. La première, l’adjudication, repose sur un principe d’enchères. Le Trésor emprunteur donne une indication du montant qu’il souhaite lever et demande à ses banques partenaires (les primary dealers ou SVT en France) de lui faire des offres. Elles s’engagent à acheter elles-mêmes la dette et à la replacer ensuite sur les marchés. La concurrence entre les établissements tend ainsi à faire monter les prix des obligations, et donc à faire baisser le rendement qui sera demandé à l’Etat. Elle est donc largement privilégiée par les Trésors, y compris celui du Royaume-Uni.

What do you think?

1000 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Coronavirus : reprise de l’entraînement dans le football amateur pour les adultes le 15 décembre ?

Avesnes-sur-Helpe : le cinéma Le Caméo joue les caméléons en faisant peau neuve – La Voix du Nord