in

Dans toute l’Europe, les prix augmentent et les salaires décrochent

Lors d’une manifestation en soutien aux postiers de Royal Mail en grève, à Parliament Square, à Londres, le 9 décembre 2022.

Au rez-de-chaussée de la Banque centrale européenne (BCE), dans l’un des immenses et caverneux halls d’entrée de la tour de quarante et un étages qui domine l’est de Francfort, en Allemagne, les membres du syndicat Ipso ont posé une affiche : « Une perte de 7,5 % de pouvoir d’achat. On peut faire mieux que ça ! » Les quelque 4 000 salariés de l’institution monétaire protestent contre la hausse de salaire de seulement 4 % qui leur est proposée, alors que l’inflation dans le pays dépasse désormais 11 %.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’économie allemande résiste mieux à la crise que prévu, dopée par la consommation

Ironie mordante que ce bras de fer entre syndicats et patronat au cœur même de la BCE… Dans la même tour, sa présidente, Christine Lagarde, avertissait, jeudi 15 décembre, des risques d’une hausse trop importante des rémunérations à travers la zone euro. « [Nous prévoyons] que les salaires vont augmenter bien au-dessus de leur moyenne historique, ce qui va provoquer une hausse de l’inflation sur l’ensemble de notre période de prévision [de trois ans]. »

L’inquiétude de la BCE est de voir se développer une spirale salaires-inflation similaire à celle des années 1970 : les prix augmentent, ce qui pousse les salariés à demander des rémunérations plus élevées, ce qui force les entreprises à augmenter leurs prix pour compenser la perte de bénéfice, ce qui provoque encore plus d’inflation… La vérité est pourtant que, à l’instar du personnel de la BCE, cette spirale est loin de se concrétiser.

Première grève en un siècle

Pour l’instant, les Européens – au sein de la zone euro mais aussi dans l’ensemble du Vieux Continent – subissent au contraire un violent décrochage de leur pouvoir d’achat. Selon la BCE elle-même, les salaires devraient augmenter de 4,5 % en 2022, et de 5,2 % en 2023. Pendant ce temps, l’inflation devrait être de 8,4 % cette année en moyenne, et de 6,3 % en 2023. « Je ne vois pas de spirale salaires-inflation », estime Frederik Ducrozet, le directeur de la recherche économique à Pictet Wealth Management, une société de gestion d’actifs.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’inflation en zone euro se stabilise et la croissance résiste

Pawel Adrjan est un économiste qui travaille pour Indeed, un site Internet de petites annonces d’embauche présent dans la plupart des pays d’Europe. Cela lui permet de connaître en temps réel le niveau de salaire proposé par les recruteurs, alors que les statistiques officielles sont souvent très en retard – dans la zone euro, celles-ci s’arrêtent actuellement au deuxième trimestre. « On constate que les salaires augmentent à un niveau historiquement élevé, mais qui demeure en dessous de l’inflation et qui commence à se stabiliser », note-t-il.

Il vous reste 72.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Azura classée parmi les 200 entreprises contribuant au dynamisme de l’économie française – Yabiladi

Analyse : La France Espère Encore “marquer” Des Points Au Moyen