in

Covid : les pays sont-ils sous pression pour approuver un vaccin ? – BBC Afrique

Un vaccin contre les covidés

Légende image,

Le Royaume-Uni a approuvé mercredi le vaccin contre le coronavirus de Pfizer/BioNTech

Le Royaume-Uni est devenu le premier pays au monde à approuver le vaccin contre le coronavirus Pfizer/BioNTech, ouvrant ainsi la voie à des vaccinations de masse.

Les premières doses sont déjà en route pour le Royaume-Uni et les premières vaccinations sont prévues pour la semaine prochaine.

S’exprimant en direct jeudi sur BBC Radio 5, le médecin en chef adjoint Jonathan Van Tam a déclaré qu’il ne pensait pas que les régulateurs américains ou européens auraient beaucoup de jours de retard sur le Royaume-Uni.

Lire plus :

·Premier décès de coronavirus confirmé en Europe

·Coronavirus : l’Europe retourne au confinement

·Premier essai sur l’homme d’un vaccin contre le Covid-19 en Europe

Les approbations ailleurs, a-t-il dit, sont probablement “une question de jours”.

Le Royaume-Uni ayant donné son approbation pour un vaccin, les nations sont-elles maintenant sous pression pour suivre le mouvement ?

Comment les pays européens ont-ils réagi ?

L’Agence européenne des médicaments (EMA), qui est chargée d’approuver le vaccin dans l’UE, a défendu son calendrier dans une déclaration.

Elle a déclaré qu’elle disposait de la méthode “la plus appropriée” pour approuver le vaccin.

Avant de décider d’approuver ou non un vaccin, l’EMA étudie les données provenant d’études en laboratoire et de grands essais cliniques.

“Ce sont des éléments essentiels pour assurer un niveau élevé de protection aux citoyens au cours d’une campagne de vaccination de masse”, selon la déclaration.

Lire plus :

En vertu de la législation européenne, les pays peuvent invoquer des pouvoirs d’urgence pour approuver temporairement un vaccin en cas de pandémie. Le Royaume-Uni, toujours membre de l’EMA, a pu approuver le vaccin en vertu de cette règle, malgré les déclarations de certains ministres selon lesquelles le Brexit avait permis l’approbation.

Le ministre de l’éducation, Gavin Williamson, a déclaré mercredi que le Royaume-Uni avait pu approuver le vaccin parce qu’il disposait des “meilleurs régulateurs”.

Un porte-parole de la Commission européenne a riposté en déclarant aux journalistes : “Nous sommes bien sûr absolument convaincus que les régulateurs du Royaume-Uni sont très bons, mais nous ne sommes pas du tout dans le jeu de comparer les régulateurs entre les pays ni de commenter les allégations sur qui est le meilleur.

“Ce n’est pas une compétition de football. Il s’agit de la vie et de la santé des gens. Nous disposons dans l’UE d’un système très développé – qui au passage s’applique toujours au Royaume-Uni – pour approuver l’autorisation des produits médicaux, des vaccins et les mettre sur le marché”.

Légende image,

Le ministre allemand de la santé Jens Spahn déclare que l’Allemagne a choisi d’attendre l’approbation de l’EMA

L’EMA a déclaré qu’elle se réunira le 29 décembre au plus tard et qu’un vaccin serait mis en circulation dans les jours qui suivront.

Le ministre allemand de la santé, Jens Spahn, a déclaré qu’en dépit de l’option de la procédure accélérée, le pays avait choisi d’attendre l’EMA afin de renforcer la confiance dans la sécurité du vaccin.

“L’idée n’est pas que nous soyons les premiers, mais l’idée est d’avoir des vaccins sûrs et efficaces pour la pandémie et que nous pouvons créer la confiance. Rien n’est plus important que la confiance en matière de vaccins”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

“Nous avons des États membres, dont l’Allemagne, qui auraient pu délivrer une telle autorisation d’urgence si nous l’avions voulu. Mais nous avons décidé de ne pas le faire et nous avons opté pour une approche commune afin d’avancer ensemble”.

Lire plus :

·Coronavirus : Les essais de l’hydroxychloroquine vont redémarrer

·Coronavirus et isolement : comment faire face à la solitude ?

·Coronavirus : Une étude espagnole met en doute la faisabilité d’une immunité collective

Ailleurs, le président russe Vladimir Poutine a ordonné au gouvernement de simplifier les procédures d’enregistrement de certains médicaments, afin d’accélérer l’approbation d’un vaccin.

En août, les autorités ont approuvé le vaccin Spoutnik V du pays avant même que les essais de la phase 3 n’aient commencé. L’essai, qui a impliqué 40 000 volontaires, est terminé mais le résultat n’a pas été rendu public.

M. Poutine a demandé aux autorités de commencer à vacciner les personnes à risque dès la semaine prochaine.

Légende image,

En Russie,En août, les autorités ont approuvé le vaccin Spoutnik V du pays avant même que les essais de la phase 3 n’aient commencé. L’essai, qui a impliqué 40 000 volontaires, est terminé mais le résultat n’a pas été rendu public.

“Un chemin différent” pour la Grande-Bretagne

Un soupir exaspéré résume la réaction de plusieurs capitales européennes aux proclamations de victoire du vaccin de certains ministres du gouvernement britannique.

L’évaluation globale de Gavin Williamson, selon laquelle le Royaume-Uni est “meilleur” que nombre de ses alliés, a été jugée particulièrement audacieuse.

Un diplomate de haut rang m’a dit qu’il était ravi que les Britanniques reçoivent bientôt le vaccin mais que “quelqu’un devrait rappeler à M. Williamson que le vaccin Pfizer/BioNTech a été créé par une société allemande, fondée par des scientifiques d’origine turque, en partenariat avec un distributeur américain, et qu’il est fabriqué en Belgique avant d’être transporté à travers la France pour atteindre le Royaume-Uni”.

L’affirmation selon laquelle le Brexit a permis au Royaume-Uni d’approuver le vaccin plus rapidement que les autres pays européens a été réfutée, mais elle reflète une fois de plus une voie différente empruntée par la Grande-Bretagne.

Légende vidéo,

Africa Eye : coronavirus en Sierra Leone – la maison pour seul refuge

Tous les pays de l’UE ont la possibilité de suivre l’exemple du Royaume-Uni et de laisser leur organisme national de réglementation des médicaments délivrer une approbation d’urgence, mais le bloc affirme qu’il veut attendre que l’Agence européenne des médicaments donne le feu vert en leur nom à tous.

L’Allemagne, soutenue par le Danemark et d’autres pays, estime que cela maximise la sécurité, permet un déploiement coordonné, renforce la confiance du public dans le vaccin et garantit qu’aucun pays n’est laissé pour compte.

Lire plus :

·Espoirs autour d’un essai de vaccin contre le coronavirus développé à Oxford

·Comment éviter d’être infecté par le coronavirus après la levée du confinement?

·Le sport et le divertissement peuvent-ils survivre au coronavirus ?

Mais certains hommes politiques en Pologne et en Hongrie – pays actuellement en désaccord avec leurs voisins occidentaux au sujet du financement d’urgence de Covid – ont commencé à exprimer leur mécontentement.

Et si la livraison à l’échelle européenne d’un vaccin qui promet de mettre fin à la misère du Coronavirus pour des millions de personnes est repoussée, il est probable que d’autres voix s’élèveront pour demander : “Pourquoi ne pouvons-nous pas avoir ce que les Britanniques ont déjà ?

Que se passe-t-il aux États-Unis ?

Après l’annonce de l’approbation du vaccin par le Royaume-Uni, la Food and Drug Administration (FDA) américaine a défendu sa décision de revoir les données, affirmant que ses scientifiques avaient examiné les données plus “rigoureusement” que quiconque.

Le commissaire de la FDA, Steve Hahn, a déclaré que différents groupes de scientifiques examinaient actuellement les données de Pfizer – certains examinaient la sécurité et d’autres l’efficacité du vaccin.

Ils se réuniront le 10 décembre et partageront leurs conclusions avec le conseil consultatif avant qu’il ne soit approuvé.

On espère que le vaccin sera mis en circulation le 15 décembre.

Légende vidéo,

La vie sous corona: vivre le confinement

La FDA a subi des pressions de la part du président Donald Trump pour agir plus rapidement. Il avait précédemment déclaré qu’il voulait qu’un vaccin soit prêt avant le jour de l’élection.

Sa réaction à l’approbation britannique n’est pas encore connue, mais les médias américains rapportent que M. Hahn a été convoqué à la Maison Blanche mardi pour discuter des délais d’approbation du vaccin.

Jeudi, le Dr Anthony Fauci, expert en maladies infectieuses, a déclaré que le Royaume-Uni n’avait pas examiné “attentivement” les données de Pfizer.

“Si vous agissez rapidement et superficiellement, les gens ne voudront pas se faire vacciner”, a-t-il déclaré à Fox News.

Légende image,

Les états africains se préparent à inoculer un des vaccins prometteurs à leurs populations. Au Sénégal les réflexions sont avancées

Lire plus :

Qu’en est-il des vaccins chinois ?

Quatre vaccins chinois sont actuellement en phase 3 d’essais. Certains des vaccins avancés ont été approuvés pour une utilisation d’urgence.

Selon la société, près d’un million de personnes ont pris un vaccin expérimental contre le coronavirus développé par le China National Pharmaceutical Group (Sinopharm).

Parmi les personnes qui ont reçu des injections, on compte des employés de l’État et des étudiants étrangers.

Dans un article publié sur WeChat, Sinopharm a déclaré qu’aucun effet indésirable n’avait été signalé chez les personnes ayant pris le vaccin expérimental jusqu’à présent.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Covid. 2.919 nouveaux cas et baisse des cas actifs le dimanche 6 décembre – Médias 24

L’Afrique remplace-t-elle le Moyen-Orient comme nouveau champ de bataille djihadiste ? – BBC Afrique