in

Covid-19 : « Pour sauver l’économie, il faut d’abord sauver les gens »

Tribune. Début novembre, le Covid-19 se propageait à travers les Etats-Unis au rythme de 100 000 nouvelles contaminations par jour. Mi-novembre, ce chiffre approchait les 180 000 cas quotidiens et continuait de grimper [ce texte a été initialement publié aux Etats-Unis le 18 novembre]. Devant cette flambée de cas, un certain nombre de politiciens, journalistes et personnalités du monde des affaires proclament que les dégâts économiques et sanitaires d’un confinement sont aussi graves, sinon pires, que ceux causés par le virus qu’ils sont censés conjurer.

Une analyse précise des données des dix derniers mois, provenant de dizaines de pays à travers le monde, permet pourtant d’affirmer avec certitude que ces déclarations sont erronées. Les confinements stricts fonctionnent et donnent des résultats rapides, entre quatre et six semaines après leur instauration. Ils sont parvenus non seulement à ralentir, mais quasiment à éliminer le virus en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Islande, en Chine, en Corée du Sud et à Taïwan. Cette analyse permet ainsi de formuler sept recommandations à l’intention des gouvernements et des citoyens.

1. Commencer par sauver des vies

Limiter les dégâts économiques de la pandémie débute et s’achève avec le contrôle de la propagation du virus. Les pays qui ont pris rapidement des mesures pour contrôler la circulation du Covid-19 rouvrent peu à peu leurs économies et retrouvent le chemin de la croissance. La plupart de ceux qui se sont donné comme objectif prioritaire de soutenir l’économie et ont refusé, limité, ou supprimé prématurément les mesures visant à contrôler la pandémie sont aujourd’hui confrontés à un emballement des taux de contamination et ont dû imposer des reconfinements nationaux.

L’infographie ci-dessous constitue une représentation approximative de l’efficacité avec laquelle chaque pays a protégé ses citoyens, par rapport au coût total que cela a représenté.

Quand on prend en compte l’ensemble des coûts de la réponse à la pandémie – y compris ceux dont le règlement s’étalera sur les années à venir –, les différentes stratégies nationales se distinguent clairement les unes des autres. Les pays qui se sont rapidement concentrés sur le contrôle et l’élimination du coronavirus, choisissant de ce fait de sacrifier leur économie afin de limiter la propagation du virus et de sauver des vies, apparaissent en haut du tableau, le long de la ligne pointillée verte.

Les pays qui ont limité leur réponse à la pandémie au profit de mesures de relance, préférant sauver l’économie plutôt que la vie de leurs citoyens, se répartissent le long de la diagonale rouge. Ceux qui ont tardé à réagir ou ont hésité entre plusieurs stratégies sont regroupés au centre, comme le Royaume-Uni, et subissent le pire des deux extrêmes.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Comment réconcilier l’éthique et les technologies – ZDNet France

Agenda Bourse et économie du 14 au 18 décembre 2020 – Investir