in

Covid-19 : pas de réouverture des théâtres, cinémas et musées le 7 janvier – Le Monde

La façade du cinéma parisien le Grand Rex, le 15 décembre 2020.

C’est désormais acquis : il ne se passera rien le 7 janvier. Lors de sa conférence de presse du 10 décembre, Jean Castex avait fixé à cette date la possible réouverture des lieux de culture (théâtres, cinémas, musées, etc.), fermés depuis le 30 octobre pour enrayer la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19. Mais un peu plus de trois semaines après l’annonce du premier ministre, le nombre de personnes infectées reste trop élevé pour lâcher la bride, estime-t-on au sommet de l’Etat. « Ce ne sera pas possible de rouvrir les établissements culturels au 7 janvier parce que le virus circule encore très fortement dans notre pays », a confirmé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, vendredi 1er janvier sur TF1, provoquant une nouvelle désillusion parmi les professionnels de la culture.

Lire aussi : La culture se mobilise pour faire rouvrir les salles de spectacle

Alors, quand ? Echaudé par les précédents reports, l’exécutif n’entend pas fixer tout de suite de nouvelle date de réouverture. « Il faut d’abord voir quels sont les effets des fêtes de fin d’année sur l’épidémie, si le nombre de cas s’envole de nouveau ou pas. Rien ne devrait être annoncé avant la mi-janvier, au mieux », explique une proche d’Emmanuel Macron. Les professionnels de la culture l’ont bien compris et ont fait leur deuil d’une reprise rapide de leurs activités. Déjà, la Fédération nationale des cinémas français (FNCF) a annoncé que les salles obscures ne lèveraient pas le rideau avant la fin du mois de janvier, voire les vacances d’hiver, qui débutent le 6 février pour une première partie du pays.

« Bâtir un modèle résilient »

Pour autant, l’exécutif n’entend pas rester les bras croisés. Même si les sondages montrent le peu d’intérêt des Français pour les revendications du secteur, les manifestations et tribunes enflammées des artistes en décembre, après l’annonce du report de la réouverture des lieux de culture, initialement prévue le 15 décembre, ont été vécues comme un coup de semonce au sein de l’exécutif. « Les artistes sont une frange de la population dont la caisse de résonance est proportionnellement inverse à leur nombre », rappelle un conseiller. Comprendre : s’ils sont relativement peu nombreux (670 000 personnes, soit 2,5 % de la population active), les professionnels de la culture savent faire du bruit pour se faire entendre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pour le monde de la culture, le choc du reconfinement

Désireuse de ne pas les laisser dans l’expectative, la ministre de la culture Roselyne Bachelot a prévu de consulter à nouveau les organisations professionnelles cette semaine. Son objectif : « bâtir un modèle résilient, avec différents paliers de fonctionnement, qui permette aux lieux culturels d’ouvrir – même de façon réduite – et de mieux résister aux à-coups de l’épidémie », a-t-elle expliqué dans le JDD. De fait, la succession des ouvertures et fermetures a été dénoncée par tous les acteurs, qui estiment cette alternance épuisante psychologiquement et mortifère économiquement. « Le pire pour nous, c’est le “stop and go” », assure le producteur de théâtre Jean-Marc Dumontet.

Il vous reste 62.52% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

L’Inde de la jeunesse – À 21 ans, elle dirige une ville d’un million d’habitants – Tribune de Genève

EN DIRECT. Covid 19: plus de 20 millions d’infections recensées aux Etats-Unis – BFMTV