in

Covid-19: l’exécutif engagé dans une nouvelle course contre la montre

Contraint d’accélérer sa stratégie vaccinale, le gouvernement affronte une nouvelle période d’incertitude sur le plan sanitaire.

La polémique sur les vaccins se poursuit, le flou demeure sur la situation sanitaire. Alors que beaucoup de pays voisins de la France commencent à prendre de nouvelles mesures de confinement, à commencer par la Grande-Bretagne, le président de la République réunit mercredi un nouveau Conseil de défense sanitaire. Près de quinze jours après Noël, le premier effet des rassemblements familiaux va commencer à apparaître dans les chiffres.

Selon le premier ministre, si la deuxième vague n’est «pas terminée» en France, les indicateurs sont toutefois «moins dégradés que dans la plupart des pays qui nous entourent». Mais ce n’est que jeudi, lors d’une conférence de presse avec le ministre de la Santé, Olivier Véran, que Jean Castex dévoilera les nouvelles mesures éventuellement mises en œuvre pour tenter d’endiguer un redémarrage de l’épidémie après les fêtes de fin d’année. Et notamment le prolongement de la fermeture des salles de sport, bars et des restaurants au-delà du 20 janvier, date initialement fixée pour la reprise d’activité au cas où la situation sanitaire se serait améliorée.

C’est d’autant moins le cas avec l’apparition du variant britannique du Covid-19 sur le territoire français. D’après Olivier Véran, «une dizaine de cas suspectés ou avérés» ont déjà été recensés. C’est peu, mais cette souche «inquiète» les autorités au regard de son aspect hautement transmissible. C’est d’ailleurs pour tenter de la contenir que l’Angleterre et l’Écosse ont annoncé lundi leur reconfinement total. Une piste que l’exécutif refuse pour l’heure d’envisager. «Nous voulons éviter le confinement total», a assuré Olivier Véran sur RTL en plaidant pour les mesures de couvre-feu instaurées en France dans les départements où les chiffres se dégradent. «Et plus le couvre-feu est tôt, plus il est efficace», souligne un proche de Jean Castex.

L’exécutif dans une impasse

Dans ce climat d’incertitude, l’exécutif navigue à vue, d’écueil en écueil. Malgré le coup d’accélérateur donné par le gouvernement à la campagne de vaccination et la promesse que la France allait bientôt vacciner au même rythme que ses voisins européens, un nouveau contretemps est apparu mardi. Alors que le directeur général de l’Assurance-maladie, Thomas Fatôme, avait annoncé lundi un bilan quotidien de la campagne de vaccination, les chiffres ne seront finalement pas disponibles avant «plusieurs jours» le temps d’opérer «la remontée effective de l’ensemble des données vers nos systèmes» et de procéder à la «consolidation et l’intégration dans nos modèles», indique Santé publique France. De quoi nourrir de nouveau la suspicion, malgré les dénégations du premier ministre. Jean Castex a dénoncé depuis Toulon (Var) mardi des «polémiques stériles qui n’ont jamais sauvé aucune vie».

Mardi soir, au cours d’une réunion téléphonique avec les principaux cadres de la majorité, plusieurs représentants ont vivement critiqué la stratégie du chef du gouvernement. «De trop de précautions naît la défiance», a fustigé François Patriat, chef de file des sénateurs macronistes, demandant la publication quotidienne des données sur le vaccin, quand Richard Ferrand, patron de l’Assemblée nationale, a demandé un «sursaut spectaculaire» dans la campagne de vaccination. «Si on ne rectifie pas le tir rapidement sur les vaccins, on aura du mal à s’en remettre», s’alarme une membre du gouvernement, selon qui l’élection présidentielle de 2022 se jouera en partie sur la «capacité du président à surmonter la crise».

Emmanuel Macron a tenté de sortir de l’impasse mardi en rencontrant les élus locaux de Touraine. Le président leur a révélé les grandes lignes de l’accélération de la stratégie vaccinale, selon des participants à la réunion. Le chef de l’Etat a ainsi annoncé la création courant janvier de 5 ou 6 centres par département, sur le modèle des centres de dépistage Covid. Il a également promis que le recueil du consentement dans les Ehpads serait «simplifié».

Sur un autre front, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a reçu à Bercy les représentants des secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des cafés. Pas sûr que le gouvernement soit en mesure de déterminer un nouveau calendrier pour la réouverture. «Il faut arrêter de fixer des dates qu’on ne peut pas tenir», s’inquiète un cadre de la majorité, alors que l’absence de visibilité paralyse nombre d’acteurs. «L’épidémie a commencé à regagner du terrain au moment où on a rouvert les magasins», rappelle, à dessein, un interlocuteur régulier du chef de l’État. Les Français devront s’armer de patience en attendant «les jours heureux» promis par le président.

What do you think?

1000 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Coronavirus : en Inde, un vaccin très politique – Le Monde

VIDÉO. Une école de danse tourne un clip plein d’énergie sur la plage du Havre – Normandie Actu