in

Covid-19 : le Festival d’Angoulême 2022, prévu du 27 au 30 janvier 2022, va être reporté

Le rayon mangas du Festival d’Angoulême, en 2016.

Prévue du 27 au 30 janvier 2022, la 49e édition du Festival international de la bande dessinée (FIBD) d’Angoulême a fait les frais des nouvelles restrictions destinées à freiner la progression de la pandémie de Covid-19 et de ses variants. Annoncées par le gouvernement lundi 27 décembre, les nouvelles jauges pour les événements sportifs et culturels – fixées à 2 000 personnes au maximum dans les enceintes intérieures et à 5 000 pour les structures extérieures – rendent quasi impossible l’organisation du FIBD, mélange de salon littéraire (expositions, conférences…) et de foire aux livres (stands, signatures…).

Son délégué général, Franck Bondoux, a donc annoncé le report du salon, en attendant des auspices plus favorables. « L’idée n’est pas de forcer le destin à tout prix pour avoir un évènement dégradé », a-t-il expliqué à l’Agence France-Presse (AFP). La nouvelle date du festival n’est pas encore connue.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Covid-19 : les salles de concerts et les manifestations sportives soumises à de nouvelles restrictions

Cette annulation est la deuxième de suite pour le festival qui avait envisagé de repousser l’édition 2021 au début de l’été, avant de renoncer à nouveau, sous la pression sanitaire.

Franck Bondoux, délégué général du FIBD : « Il en va de [l]a pérennité [du festival], notamment dans la perspective de son cinquantenaire, prévu en 2023 »

Dès les nouvelles restrictions connues, la direction de la manifestation avait engagé des concertations avec ses partenaires privés et publics afin d’examiner un report dans le courant de l’année 2022. « L’idéal serait de reproposer le festival assez vite, avant le premier tour de l’élection présidentielle [le 10 avril 2022], soit fin mars, soit tout début avril », précisait au Monde un patron du FIBD particulièrement dépité : « Contrairement à 2021 où l’annulation avait été annoncée suffisamment en amont, l’édition 2022 est prête à être livrée sur un plan purement organisationnel. L’intégralité du budget a d’ailleurs été engagée dans sa tenue. »

« Avec ce report, le festival aura un besoin vital d’une aide exceptionnelle » des pouvoirs publics, confirme à l’AFP Franck Bondoux. Il réclame une aide sur le modèle de celles qui ont été allouées par le ministère de la culture en 2021, à travers le « fonds de soutien exceptionnel aux festivals » (d’un montant total de 30 millions d’euros). « Cet événement, qui rayonne dans le monde, a besoin d’une attention particulière de la part du ministère. Il en va de sa pérennité, notamment dans la perspective de son cinquantenaire, prévu en 2023. L’heure est grave, il faut sauver le soldat festival », avait assené le délégué général du FIBD auprès du Monde quelques heures avant l’annonce officielle.

Le secteur de l’événementiel s’inquiète des « conséquences terribles » des nouvelles mesures du gouvernement

Le Festival d’Angoulême pourrait être un exemple parmi d’autres de grands événements reportés ou annulés en raison des dernières restrictions destinées à freiner l’épidémie de Covid-19. Après l’annonce du report du Festival international de la bande dessinée, le secteur de l’événementiel s’est dit mardi « stupéfié » par la limitation des rassemblements à 2 000 personnes en intérieur et à 5 000 en extérieur, décidée par le gouvernement.

« En un an et demi de crise, nous n’avons jamais connu une telle mesure, aussi soudaine et démesurée. Les conséquences seront terribles, et nous demandons, à l’image du modèle italien, des compensations logiques », ont déclaré Renaud Hamaide et Pierre-Louis Roucaries, les coprésidents de l’Union française des métiers de l’événement (Unimev), dans un communiqué publié mardi soir.

« Rien qu’au mois de janvier 2022 ce sont déjà 130 événements qui sont annulés et une perte de chiffre d’affaires de l’ordre d’un milliard d’euros, et autant en retombées économiques pour les territoires », a soutenu le syndicat.

Parmi ses 400 adhérents, l’Unimev compte des organisateurs de foires, salons et congrès, des parcs d’exposition et des centres de congrès. Le secteur « enregistre des pertes abyssales, qui vont augmenter avec ces nouvelles mesures », s’inquiète-t-elle.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Le Matin – Covid-19 : record de contaminations dans le monde sur la semaine écoulée – LE MATiN

Salle comble, concours de dunks, match des étoiles… ce qu’il faut savoir sur le All Star Game