in

Clearview AI continue de développer sa technologie de reconnaissance faciale malgré les condamnations

Clearview AI continue de développer sa technologie de reconnaissance faciale malgré les condamnations
Clearview AI continue de développer sa technologie de reconnaissance faciale malgré les condamnations © Pixabay/Geralt

La start-up américaine Clearview AI a protégé l’une de ses technologies par le dépôt d’un brevet devant l’Office américain des brevets et des marques (United States Patent and Trademark Office, USPTO). Il s’agit de sa méthode de collecte et de préparation des données d’entraînement pour ses algorithmes de reconnaissance faciale. 
 

Des données disponibles publiquement

Hoan Ton-That, PDG de Clearview AI, s’est félicité de l’obtention de ce brevet affirmant que sa technologie avait la capacité de “créer des algorithmes de reconnaissance faciale précis et sans biais à partir d’informations disponibles publiquement“. Or, c’est justement parce que les données sont collectées de cette manière que l’entreprise est critiquée par plusieurs régulateurs.

Clearview AI se présente comme un fournisseur de technologie de reconnaissance faciale pour les organismes chargés de l’application des lois, comme les forces de l’ordre, leur permettant de retrouver facilement un suspect. Il s’agit d’une sorte de moteur de recherche permettant d’identifier une personne dont ils disposent d’une image issue, par exemple, d’un enregistrement de vidéosurveillance.

Il fonctionne entièrement grâce aux donnée disponibles sur des réseaux sociaux, des sites professionnels contenant des photographies de leurs salariés ainsi que des blogs. Des images sont également extraites de vidéos disponibles en ligne, par exemple sur YouTube. Cette collecte concerne des images de personnes majeures comme mineures, aucun filtre n’étant appliqué à cet égard. Seules des centaines d’URL, associées aux sites “pour adultes” ayant des audiences parmi les plus importantes, sont bloquées et exclues de la collecte.

Pouvoir identifier “presque tout le monde”

En février 2022, la start-up disait être en voie bonne pour atteindre “les 100 milliards” de photographies de visage dans sa base de données d’ici un an avec un but clairement affiché et assumé : pouvoir identifier “presque tout le monde“. 

Or, pour plusieurs régulateurs, cette collecte est illégale puisque les personnes figurant sur les photographies et vidéos n’ont pas consenti à cette réutilisation. Dernièrement, c’est l’équivalent grec de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) qui a infligé une amende de 20 millions d’euros à l’entreprise. En plus de cette sanction, elle lui a enjoint d’arrêter immédiatement d’aspirer les données personnelles des Grecs et de supprimer celles récoltées jusqu’ici. Une procédure similaire est toujours pendante devant la Cnil française qui l’avait mis en demeure en novembre 2021 de cesser la collecte et l’usage des photos et vidéos publiques aspirées sur Internet. 

What do you think?

2731 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Michel Bergeron, invité d’honneur – Tournoi de golf au prestigieux Club de golf Royal Montréal le 14 octobre prochain

Omar Porras: «Le théâtre est une maison de médecine»