in

Cinq choses à savoir sur Anya Taylor-Joy, héroïne du Jeu de la dame et star montante d’Hollywood

PORTRAIT – Depuis le triomphe de la série Netflix, l’actrice aux trois nationalités est l’une des figures montantes du cinéma. Mais vous ne savez encore pas tout sur la vie de la comédienne de 24 ans.

Adoubée par le public comme reine des échecs dans Le Jeu de la dame, la série la plus regardée sur Netflix en 2020, Anya Taylor-Joy fait aujourd’hui figure de nouvelle sensation d’Hollywood. Annoncée au casting du prochain Edgar Wright, Last Night in Soho , de The Northman – aux côtés de Nicole Kidman et Willem Dafoe – et du prochain Mad Max, Furiosa, l’actrice de 24 ans tient aujourd’hui le haut de l’affiche. Mais sa carrière a pris quelques méandres, du mannequinat au genre horrifique avant de gagner le cœur du grand public en prodige des échecs.

Elle a passé deux ans à Londres sans vouloir parler anglais

Véritable globe-trotteuse, l’actrice naît en 1996 à Miami, avant de déménager en Argentine, où elle passera le début de son enfance «dans la nature et la poussière». Lorsqu’elle atteint l’âge de six ans, ses parents décident de s’installer dans un endroit plus stable politiquement et posent finalement leurs valises à Londres. Déroutée par ce changement d’air et par le train de vie britannique, la petite Anya Joy-Taylor refuse alors de parler anglais, persuadée que son entêtement poussera ses parents à retourner vivre à Buenos Aires. «J’étais têtue, je voulais rentrer chez moi, je ne comprenais rien à Londres», expliquait-elle à Marie-Claire en 2017. À 8 ans, elle renonce finalement à son plan et s’initie à la langue de Shakespeare grâce à la saga littéraire Harry Potter.

Elle a été victime de harcèlement à l’école

Différente de ses petits camarades en raison de ses origines, Anya Taylor-Joy est très tôt confrontée à la cruauté de l’école. «J’étais trop anglaise pour être argentine, trop argentine pour être américaine, trop américaine pour être quoi que ce soit», racontait récemment l’actrice au Sun. «Les autres enfants ne me comprenaient pas sous quelque forme que ce soit. J’étais enfermé dans des cases», a-t-elle ajouté, avouant qu’elle passait des journées à «pleurer dans les toilettes». Un sentiment d’exclusion qu’elle a retrouvé plusieurs années plus tard sous les traits de l’héroïne du Jeu de la dame. «J’avais l’impression de pouvoir vraiment comprendre ce sentiment de solitude, d’essayer désespérément de donner un sens à un monde qui ne venait pas naturellement vers Beth et à cette dépendance aux échecs.»

Elle est devenue mannequin en promenant son chien

C’est le rêve de milliers d’ados en quête d’estime de soi : se balader dans la rue et se faire arrêter par le scout d’une agence de mannequinat. Pour Anya Taylor-Joy, ce coup de pouce du destin s’est réalisé. Alors qu’elle promenait son chien près des magasins Harrods, à Londres, une voiture se met à la suivre, une expérience très déplaisante selon l’intéressée. Prise de panique, elle se met à courir, perchée sur des hauts talons qu’elle essayait en vue d’une soirée. Lorsque la voiture s’arrête finalement sur le bas-côté, elle découvre la silhouette de Sarah Doukas, fondatrice de l’agence Storm Management, à qui l’on doit notamment les carrières de Kate Moss et Cara Delevingne. Une semaine plus tard, la jeune femme de 17 ans, complexée par son physique, signe un contrat et commence une brève carrière dans le mannequinat, durant laquelle elle rencontrera le casting de la série Downton Abbey lors d’un shooting. Pour elle, c’est le déclic, elle abandonne l’objectif de l’appareil photo pour celui de la caméra.

Elle a été coupée au montage pour son premier film

Jeune actrice déterminée, elle commence sa carrière sur les plateaux de tournage en 2014 dans la comédie adolescente Vampire Academy. Mais sa prestation est finalement coupée au montage. Un mal pour un bien, puisque le film n’a finalement jamais trouvé son public. Elle participe ensuite au casting de Maléfique, superproduction Disney avec Angelina Jolie dans le rôle-titre. Elle tente sa chance pour incarner la sorcière dans sa jeunesse, mais les producteurs lui préfèrent finalement sa concurrente Ella Purnell. «Quand je n’ai pas été prise, je me suis effondrée en larmes», confiait-elle à Vulture en 2018. Mais une sorcière peut en cacher une autre, et la jeune actrice signera finalement ses véritables débuts au cinéma dans The Witch dès l’année suivante, avant d’incarner Casey Cooke dans Split et Glass de M. Night Shyamalan.

Elle n’avait jamais joué aux échecs avant Le Jeu de la dame

Louées par les amateurs pour leur côté réaliste, les scènes de jeu de la série Netflix ont été supervisées par le célèbre entraîneur Bruce Pandolfini et la légende de la discipline Garry Kasparov. Deux consultants de choix pour aider Anya Taylor-Joy, qui a confessé ne jamais avoir pratiqué les échecs avant de décrocher le rôle. «Je n’avais jamais joué un seul match auparavant», a-t-elle déclaré dans une récente interview donnée au Guardian , ajoutant qu’elle était «ravie» d‘avoir été initiée à la discipline par des «professeurs aussi phénoménaux» dotés d’un «tel amour pour le jeu». «C’était important pour moi de comprendre la théorie. Je ne pouvais pas débarquer en toute conscience et ne pas savoir de quoi je parlais. Mais la réalité du jeu m’a rattrapée, je ne pouvais pas me souvenir de ces séquences sans devenir folle. J’apprenais les matchs cinq minutes avant, j’ai vu ça comme une chorégraphie des doigts», a également expliqué celle qui incarne Beth Harmon à Entertainment Weekly .


À VOIR AUSSI – Netflix, Amazon, Disney, Apple… Bienvenue dans la guerre du streaming

What do you think?

1000 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Espagne: un incendie dans une maison de retraite fait un mort et 18 blessés

Crise économique : voici pourquoi la vague des faillites et plans sociaux arrive – Le Journal du dimanche