in

Cinéma vs streaming : les salles explosent de rage après l’annonce de la Warner – ÉcranLarge.com

Alors que Warner a annoncé la sortie de tous ses films à la fois en salles et sur HBO Max, les exploitants ont décidé de montrer les dents.  

L’information a fait l’effet d’une bombe : Warner Bros a annoncé que toutes ses productions, dont les dates de sortie ont été décalées en 2021 suite à la pandémie, auront droit à une distribution hybride, à la fois en salles et sur la plateforme HBO Max (on est revenus en détail sur les conditions et la liste de films concernés ici). 

Pour rappel, Warner est le seul studio hollywoodien à avoir joué l’une de ses grosses cartes durant l’été 2020 : Tenet. Pour autant, le crash-test assumé de Christopher Nolan ne s’est pas révélé payant, au vu des 350 millions de dollars de recettes du film, très insuffisants pour ce type de bulldozer.  

photo, John David WashingtonWarner en hyperventilation

 

Dès lors, la major a penché pour un entre-deux. Là où Disney a créé la discorde en choisissant de sortir certains de ses films (Mulan, Soul) uniquement sur leur plateforme de streaming, Warner a décidé de distribuer Wonder Woman 1984 dans les salles qui pourront l’accueillir, tout en ayant un énorme tremplin pour mettre en avant HBO Max, qui a peiné jusque-là à proposer des contenus nouveaux et porteurs.  

Cette stratégie (qu’on a étudié dans un article dédié) a pour principal but de ne froisser personne, mais les exploitants de salles ont bien conscience d’être la cinquième roue du carrosse. Alors que l’état sanitaire de l’Amérique est encore bien incertain, et qu’il est désormais possible de voir un blockbuster attendu dans son canapé, voire de le faire circuler sur Internet le jour de sa sortie, pourquoi les gens continueraient-ils de se déplacer vers le grand écran pour voir DuneThe Suicide Squad ou encore Godzilla vs. Kong ?  

photo, Gal GadotL’Amazone en prime…

 

Si les gérants de salles se sont déjà montrés alarmistes quant à leur situation, Adam Aron, le PDG des cinémas AMC (l’une des grandes chaînes américaines) a tapé du poing au travers d’un communiqué : 

“Clairement, Warner Media a l’intention de sacrifier une portion considérable des profits de sa branche de studio de cinéma et celle de ses partenaires de production et des cinéastes, pour subventionner le lancement d’HBO Max. Quant à AMC, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que Warner ne le fasse pas à nos dépens. Nous allons nous engager agressivement dans des conditions économiques pour préserver notre business. 

On l’avait déjà pressenti avec la sortie de Mulan, mais il est maintenant clair que les studios ont pris conscience des revenus énormes que leur permettent leurs plateformes de streaming, existant sans intermédiaires et sans avoir à prendre en compte les aléas de la pandémie. Disney a eu beau annoncer que Mulan ne serait qu’une exception, la société a depuis assumé de prévoir des sorties similaires sur le long terme. Voir Warner surenchérir de la sorte n’est donc en aucun cas une surprise, et il est plus que probable que d’autres studios vont s’adapter à ce nouveau système. 

artworkUn combat de géants sur notre télé ?

 

Ces temps impactés par le coronavirus nous amènent tous dans des eaux inexplorées, et c’est pour cela qu’AMC a signé un accord d’exception avec HBO Max sur un seul film, Wonder Woman 1984, distribué par Warner Bros à Noël alors que la pandémie semble être à son pic”, a précisé Adam Aron. “Mais maintenant, Warner espère le faire pour toutes ses sorties de 2021, et ce malgré la probabilité de voir l’industrie des salles se remettre avec l’arrivée prochaine de vaccins.”  

Faute d’une chronologie des médias, les États-Unis se sont retrouvés dans une situation qui les a poussés vers des contrats exceptionnels. Avant Wonder Woman 1984, AMC a déjà fait un deal avec Universal pour accélérer la sortie en VOD de certains films.  

En tout cas, l’annonce de Warner est clairement une mauvaise nouvelle pour les salles. Si en France, l’absence d’HBO Max et la chronologie des médias ne permettront pas de copier (du moins dans un court terme) ce mode de diffusion, il est clair que les salles de cinéma françaises vont en subir les retombées, d’une manière ou d’une autre. 

Retrouvez notre vidéo sur cette situation inédite à Hollywood.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Le cycle du cinéma “Courts-métrages au féminin” en ligne du 7 au 30 décembre (Institut Cervantes au Maroc)

La croissance économique diminuera estime la Banque Royale