in

Basket. Laurent Mendy, l’arbitre qui fait du cinéma – Normandie Actu

Laurent Mendy est arbitre de basket, jusqu'en Nationale 2 masculine, mais son vrai métier est acteur.
Laurent Mendy est arbitre de basket, jusqu’en Nationale 2 masculine, mais son vrai métier est acteur. (©DR)

« J’ai toujours été là on ne m’attendait pas. » L’homme qui se présente ainsi est Laurent Mendy. Cet ancien basketteur professionnel jongle avec les costumes. Il y a ceux qu’il porte dans sa profession d’acteur et celui qu’il revêt dans son rôle d’arbitre. Le grand gaillard, du haut de son double mètre, étonne. Quand il ne détonne pas. « Je n’étais pas censé faire cette carrière de joueur, ni même ce métier. Pour moi, c’est normal. Pour les autres, ça ne l’est pas forcément. Quand on me voit arriver sur un plateau, on se demande parfois ce que je fais là. »

D’abord basketteur professionnel

Laurent Mendy, lui, ne s’est jamais posé la question. « Je n’ai jamais voulu faire ce qu’on m’imposait mais ce que je voulais, dit-il simplement. Et ce que je veux sort souvent du cadre attendu. » Après une carrière de joueur l’ayant mené jusqu’en Nationale 1, le natif des Yvelines a prolongé l’histoire avec le ballon orange dans la peau d’arbitre. « J’ai commencé à Bayeux lors de mes dernières années comme joueur, parce que le club avait besoin d’arbitres. J’arbitrais en départemental pour dépanner, et l’appétit est venu. » Quand sa carrière s’est achevée, en 2007 à Lisieux, Laurent Mendy s’est consacré à l’arbitrage. Mais pas seulement…

Laurent Mendy lors du célèbre tournoi parisien Quai 54.
Laurent Mendy lors du célèbre tournoi parisien Quai 54. (©DR)

« C’est puissant d’être sur scène »

Au même moment, le jeune retraité s’est engagé dans une tout autre aventure. « J’avais ciblé deux métiers : acteur ou interprète. J’ai posé les pieds sur scène et je n’en suis pas parti. C’est puissant d’être sur scène. » Voilà plus d’une dizaine d’années que Laurent Mendy donne la réplique à quelques unes des plus grandes stars du cinéma français, depuis ses débuts dans le film Bambou de Didier Bourdon.

J’avais passé un casting et Didier Bourdon avait demandé à me rencontrer, comme un entraîneur pourrait le faire avec un joueur qui l’intéresse. On avait parlé de tout sauf du film, mais son choix était déjà fait.

Laurent Mendy

À lire aussi

Souvent cantonné à des rôles plutôt attendus au regard de son physique en début de carrière (« j’étais portier, videur, garde du corps… »), Laurent Mendy a progressivement glissé vers d’autres emplois, devenant le temps d’un film infirmier, avocat ou DRH.

Avec beaucoup d’acteurs célèbre

Laurent Mendy a notamment côtoyé Franck Dubosc, Omar Sy, Dany Boon, Eriq Ebouaney ou encore Mimie Mathy et Muriel Robin dans les films auxquels il a participés. “Micmacs à tire-larigot, c’était impressionnant. Il y avait toute une ribambelle d’acteurs de haut nivau, comme Jean-Pierre Marielle, Dany Boon, André Dussolier… Tout ce monde-là sur le plateau, ça fait quelque chose. Et on discute de tout et de rien.” Laurent Mendy a également participé à deux films en Afrique avec des rôles conséquents.

L’arbitre ne fait pas le show

Quand il n’est pas sur les planches d’un théâtre ou dans un studio, celui qu’on a vu dans Joséphine ange gardien, La deuxième étoile ou Micmacs à tire-larigot est rarement loin d’un terrain de basket. « Ça m’est arrivé plein de fois de tourner et d’aller arbitrer juste après. J’ai réussi, avec le temps, à trouver un sens de décompression et de reconcentration. » Pas question de se tromper de rôle une fois les baskets aux pieds. « On peut penser, en tant qu’acteur arbitre, que ça peut être tentant de faire le show. Mais ce n’est pas ma personnalité. » Sur le parquet, Laurent Mendy est réputé pour son calme et sa justesse. « Une force tranquille », dixit une joueuse qui a croisé sa route.

Un arbitre doit avoir son caractère. Il ne faut pas se laisser faire. Mais mon but est d’amener les équipes au meilleur niveau possible sans que je sois obligé d’intervenir trop souvent.

Laurent MendyArbitre de basket et acteur professionnel
Laurent Mendy est le père Samer dans La deuxième étoile.
Laurent Mendy est le père Samer dans La deuxième étoile. (©Capture d’écran)

Alors qu’il aspire aux premiers rôles sur scène, Laurent Mendy se voit comme un homme de l’ombre quand il exerce son autre passion. « Il ne faut surtout pas oublier que les acteurs principaux sont les joueurs. La lumière est sur eux. » Mais les points communs ne manquent pas entre les deux univers. « Finalement, c’est un peu le même process dans un contexte différent. Sur un tournage, on doit faire équipe ensemble. Un acteur qui ne connaît pas son texte, c’est comme un joueur qui ne connaît pas les systèmes de jeu. Il y a un metteur en scène, un entraîneur, et on va tous chercher l’excellence. Dans les deux cas, on est aussi jugé par le public, et on doit gérer le stress. Mon côté sportif m’aide beaucoup dans ce métier parce que j’ai été élevé dans la compétition et le collectif. »

« Envie d’aller plus haut »

Les valeurs chères au sport continuent d’animer cet homme dont la vie se partage entre Caen, où il réside, et Paris. « Que ce soit dans le basket ou dans mon métier, j’ai envie d’aller plus haut parce que je suis compétiteur. » Dans les gymnases, Laurent Mendy aimerait dépasser la Nationale 2 masculine où il exerce. Devant les caméras, ce sont les beaux rôles qu’il recherche. « Ce n’est pas la célébrité ou les cachets qui m’intéressent. Je veux faire mon métier. Je veux faire des beaux films, des bons films, des belles pièces de théâtre, d’en créer peut-être aussi. Comme pour un sportif, je veux atteindre le très haut niveau et y rester. » L’ancien élève des cours Florent, qui s’est parfois demandé s’il ne rêvait pas en prenant un café avec Jean-Pierre Marielle, estime n’être qu’au début de sa carrière. « Je suis arrivé un peu tard. »

« Certains joueurs me disent : je t’ai déjà vu quelque part »

Cela ne l’empêche pas d’avoir déjà une petite popularité. Y compris sur les terrains. « Souvent, on m’appelle par le nom de personnages que j’ai joués dans mes films, ou on me ressort des phrases que j’ai dites. Certains joueurs me disent : je t’ai déjà vu quelque part. Je leur réponds : sur un terrain de basket. On m’a déjà demandé des autographes et des photos aussi, c’est toujours marrant parce que les gens ne comprennent pas forcément pourquoi l’arbitre est sollicité. » Laurent Mendy accueille cette célébrité naissante tout en retenue. « Je me considère comme tout le monde. Je fais mon métier et je rentre chez moi. Comme quand j’étais basketteur. »

Mais le métier en question est riche de mille facettes que ce curieux de nature se verrait bien explorer. « J’ai des envies, notamment celle de réaliser. Ça me plaît d’être derrière la caméra, d’aller faire des reportages un peu atypiques. » Peut-être parce que le mot atypique est l’un de ceux qui le définissent le mieux. Laurent Mendy est parfois passé pour « le mec de la sécurité » dans un studio. Depuis, ses deux mètres font un peu plus partie du décor. Et Madame Le Toullec, l’institutrice au « talent d’oratrice exceptionnel » qui l’a inspiré dans son enfance, peut être fière de son ancien élève. 

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Football. Le Bordelais Ben Arfa a puni le Stade Brestois (1-0)

Grâce à cette technologie, nous allons peut-être pouvoir créer de l’oxygène et du carburant sur Mars – FREDZONE