in

Avec Oppo, le smartphone pliable devient enfin intéressant – L’Obs

L’avenir sera-t-il au pliable ? Devenus mornes et peu excitants, les smartphones entendent se renouveler avec une nouvelle version de leurs écrans, capables désormais de se déplier pour offrir d’un geste un format bien plus large. Samsung et Huawei tentent le coup depuis deux ans avec leur Galaxy Z Fold et Mate X, sans toutefois réussir à convaincre.

En cause, d’abord : des tarifs exorbitants – plus de 2 000 euros à la sortie, ramené à 1 699 euros pour la dernière version du Fold 3. Ensuite, une fragilité originelle au niveau de la pliure, qui encourage à la patience. Enfin, il n’est pas évident de percevoir l’apport d’un écran pliable. Sur ces trois points, le premier modèle conçu par le fabricant chinois Oppo, le Find N, semble apporter une réponse. Ce smartphone est réservé à la vente en Chine, mais il pose déjà les bases de ce que pourrait être la nouvelle ère du pliable.

La suite après la publicité

Intérêt n°1 : la lecture

L’an dernier, nous avions déjà été impressionnés par le prototype de téléphone à écran « enroulable », permettant d’envisager une révolution de la lecture sur mobile. L’Oppo Find N revient à une approche plus « classique », où l’appareil propose un écran standard qui peut s’ouvrir pour profiter d’un double écran.

La manipulation est aussi simple qu’ouvrir un livre, sans à-coup, plus fluide qu’avec le Samsung. Oppo assure avoir testé la robustesse de sa charnière, résistante à plus de 200 000 pliures, soit l’équivalent de 5 ans et demi à raison de 100 ouvertures-fermetures par jour.

L’intérêt est véritablement de pouvoir profiter d’un geste d’un vaste écran. Et le plus flagrant, c’est pour la lecture de textes. Calé dans le métro, lorsqu’on lit un article (de L’Obs bien sûr !), il suffit de déplier l’écran pour en profiter amplement, un peu comme sur une mini-tablette tactile.

La suite après la publicité

L’Oppo Find N

L’Oppo Find N

Autre bon point : l’utilisation du smartphone en semi-plié, rappelant les téléphones à clavier coulissant des années 2000. Pratique pour taper du texte rapidement, mais surtout parfait pour regarder des vidéos dans le train ou l’avion. L’appareil tient seul posé, et affiche l’image sur toute la largueur du dessus.

Une vidéo YouTube de L’Obs sur l’Oppo Find N

Une vidéo YouTube de L’Obs sur l’Oppo Find N

Lourd en poche

Enfin, le double écran permet, sans surprise, de profiter de deux applications en simultané, pour du multitâche facilité. Par exemple, regarder son agenda tout en calant un rendez-vous, ou encore regarder une vidéo YouTube tout en vérifiant les informations sur internet. L’usage n’est pas révolutionnaire (basculer d’une appli à l’autre s’avère assez rapide sur un smartphone classique), mais peut s’avérer pratique. En photo, il devient possible de prendre un cliché tout en contrôlant le précédent.

L’Oppo Find N en multi-tâches avec à gauche l’aperçu du dernier cliché pris, et à droite l’appareil photo

L’Oppo Find N en multi-tâches avec à gauche l’aperçu du dernier cliché pris, et à droite l’appareil photo

Profitez de l’offre 1€
pour 3 mois
avec Google

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt d’un cookie d’analyse par Google.

Pour le reste, ce nouvel Oppo propose des caractéristiques proches des smartphones haut de gamme, avec de bons appareils photos, une belle qualité d’image, et une puissance batterie 4 500 mAh (le fabricant ne donne pas d’idée de l’autonomie). Le tout pour un prix similaire aux actuels téléphones premium, à savoir 7 699 yuans (soit 1 055 euros en conversion brute) pour 256 Go de mémoire.

Demeure un défaut inhérent à cette nouvelle technologie pliable : une importante épaisseur (16 mm), et un poids assez lourd (275 g). Glissé dans la poche, l’Oppo Find N se fait sentir… Pas sûr que tout le monde y voit l’avenir.

What do you think?

657 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Inde: le festival hindou Gangasagar Mela potentiel “super propagateur” de Covid – Médias 24

Les secrets de la politique d’Emmanuel Macron au Moyen-Orient – Challenges