in

Arrêt du rugby à l’UNSS : “Va-t-on suspendre l’équitation si un cavalier se blesse ?” – Rugbyrama

Suite à l’accident de Mathias Dantin (17 ans) en décembre à Tarbes lors de la pratique du rugby en UNSS, l’Éducation Nationale a décidé de stopper la pratique “jusqu’à nouvel ordre”. Une décision qui a révolté certains professeurs d’EPS, qui s’indignent du message que cet arrêt envoie.

Le 14 décembre dernier, lors d’une compétition de rugby scolaire organisée sous l’égide de l’Union Nationale du Sport Scolaire (UNSS), le jeune Mathias Dantin est mal retombé suite à un plaquage. Le jeune homme de 17 ans a été opéré en urgence avant d’être plongé dans un coma. Suite à cela, il est devenu tétraplégique et l’Éducation Nationale a décidé de réagir. En conséquence, il a été décidé que toutes les compétitions de rugby UNSS soient stoppées “jusqu’à nouvel ordre”. Une décision prise sur le vif, qui a largement prêté à débats depuis maintenant un mois. “Cela sème le doute sur les compétences professionnelles des enseignants et enseignantes d’EPS et porte atteinte à la confiance qu’on leur accorde”, déplorait Benoît Hubert, président du Syndicat national de l’éducation physique (Snep) dans les colonnes de Midi Olympique. 

Les professeurs ont eux-mêmes tenu à réagir à cet arrêt, qui n’a pour eux pas vraiment de sens. Romain Paquier, professeur agrégé d’EPS au sein du collège Max Linder de Saint-Loubès depuis 8 ans, et animateur de la section féminine du Rugby de l’Association sportive du Collège sous l’égide de l’UNSS, fait partie de ceux-là. “Tout d’abord, il y a l’émotion suscitée par ce tragique accident survenu sur un élève le 14 décembre dernier. Nos pensées sont dirigées vers lui bien évidemment, tenait-il à préciser avant d’enchaîner. Ensuite, il y a une certaine forme d’incompréhension. Suspendre l’activité à l’UNSS du jour en lendemain, alors qu’elle continue sous l’égide de la FFR… Va-t-on suspendre l’équitation sur le plan national si un cavalier se blesse ? Pourquoi suspendre le rugby à l’UNSS sur le plan national et laisser le rugby continuer à la FFR ? Quels messages derrière tout ça ? Les éducateurs de clubs gèrent et les professeurs d’EPS doivent se remettre en question ? Je pense qu’après la Covid-19, le rugby n’avait pas besoin de ça. C’est tout un travail de faire venir les élèves au rugby, et surtout revenir, notamment les féminines. C’est tout un travail de développer le rugby, de convaincre les parents. Je le répète si l’accident est tragique, la décision est radicale et prise très rapidement.”

Le rugby est un sport de contact où le risque zéro n’existe pas. Mais l’Éducation Nationale remettrait donc en cause les compétences des professeurs. Romain Paquier précisait alors ses différents diplômes et son parcours : “J’ai un Brevet Fédéral EDR, qui doit être renouvelé tous les 5 ans. Par mon parcours de formation, l’une de mes prérogatives dans mes cours d’EPS, dans mes séances d’AS, et dans mes entraînements de club est tout d’abord de préserver l’intégrité physique de mes élèves, de mes joueurs et de mes joueuses ! Je suis également tuteur d’étudiants L3, et c’est ce que je regarde en premier. Cette sécurité est double, à la fois passive (pas de bijoux, pas de montres, lacets effectués, échauffement correct, aménagement matériel) et active en termes de contenus à enseigner ! Qu’est-ce plaquer ? Comment plaquer ? Quels indicateurs ? Comment faire pour ne pas se faire mal et aussi ne pas faire mal à l’adversaire ?”

Lors des compétitions UNSS, le professeur girondin assure aussi que l’accent est très fortement mis sur la sécurité des pratiquants : “Que ce soit en EPS ou dans le cadre de Association Sportive se pose la question de l’hétérogénéité des niveaux, en termes d’expériences motrices, donc de vécu dans l’activité, mais aussi des gabarits et de la question de la mixité. Une des compétences des enseignants d’EPS c’est de connaître ses élèves en termes de ressources. Nous effectuons alors des poules de niveaux. Si un élève n’a vraiment pas le vécu et l’expérience, nous le faisons jouer avec un autre établissement dans la poule basse.”

Après ce coup d’arrêt pour la pratique du rugby à l’école, les enseignants sont maintenant dans l’expectative. “Nous sommes dans un flou total à la lecture des différents courriers… Reprendre oui mais comment ? Le plaquage peut être autorisé au sein de l’AS mais du rugby à toucher en compétition UNSS ? Pourquoi interdire le rugby à 7 plaqué en UNSS mais autoriser le rugby à XIII à l’UNSS où le plaquage est autorisé en dessous de la ligne des épaules ? Nous attendons des éclaircissements, des précisions, un discours clair et net pour nous éclairer, mais également expliquer aux élèves et aux parents d’élèves. Car si l’accident est tragique, c’est à nous, sur le terrain de gérer la poursuite du rugby avec des informations que nous considérons parfois incohérentes.” Pour le moment, la reprise de l’activité au sein des écoles n’est pas planifiée.

What do you think?

2401 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Le ministre de la Santé sur l’île à la fin du mois – Clicanoo

Le premier prototype de centrale solaire orbitale est arrivé dans l’espace – Futura