in

Alors, on danse ? – Télérama.fr

En boîte, dans les bars et les soirées privées, seule la danse mène jusqu’au bout de la nuit. Rumba, mambo, salsa, electro, kizomba… À deux ou en solo, les styles varient selon l’époque. Mais jamais le besoin. Et la fermeture des discothèques n’y changera rien.

Comment se danse la kizomba : à distance respectable de son (sa) partenaire ou collé serré ? Il est 20 heures ce mardi soir et pour la trentaine de femmes et d’hommes qui se sont aventurés sur le parquet élimé de cette salle nichée au cœur du quartier chinois de Paris, la question est fondamentale. Elle se fait pressante maintenant que l’enceinte crache des beats électroniques lents et une mélodie latino sensuelle. Le cours pour débutants a commencé. Les corps sont timides, les sourires figés, chacun a réalisé qu’il enlacera des inconnus toute la soirée au gré d’une rotation élevée. Un micro fixé devant les lèvres et Laura dans les bras, Georges, le professeur de kizomba, dispense ses instructions tout en virevoltant élégamment : « On ne se touche pas avec le bassin, mais avec le torse. C’est important pour la connexion. »

Kizomba signifie « fête » en kimbundu, l’une des principales langues parlées en Angola. Après s’être répandue à la fin du siècle dernier dans l’Afrique lusophone — Mozambique, Guinée-Bissau, Cap-Vert —, cette danse marchée a exporté sa langueur communicative au Portugal, en Angleterre, puis en France il y a une dizaine d’années. Chemin faisant, la kizomba dite traditionnelle a allègrement muté, devenant urban kiz au contact de la culture R’n’B et hip-hop. Ou « kizomba fusion », la variante qu’enseigne Georges, « une chorégraphie plus classe qui intègre des passes de tango ». Et c’est ainsi que la kizomba et ses dérivés sont venus étoffer l’inventaire infini des danses de couple ou de groupe : valse, tango, salsa, samba, bachata, lindy hop, rock, country, java, bourrée, mazurka, polka… Et celles non répertoriées que l’on exécute seul, pures créations déterminées par l’humeur du moment, le degré d’inhibition, le sens du rythme, la souplesse, et dont chacun sait qu’elles seraient totalement incongrues hors d’un contexte festif. C’est le grand mystère de la danse : qu’est-ce qui nous prend, bon sang ? Comment expliquer que depuis la nuit des temps, dans toutes les sociétés humaines, on se rassemble pour se dandiner sur le même rythme ? Et que cette activité nous emplisse d’allégresse ?

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
  • Désabonnement simple

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Espace : dix événements qui ont marqué l’année 2021 – SciencePost

Les meilleures photos de golf de 2021 | La Presse – La Presse