in

Alexis Michalik, le petit génie du théâtre

Il est le phénomène, le surdoué du théâtre français depuis une dizaine d’années. Toutes ses pièces (et même son film, Edmond, sur Rostand) sont des triomphes qui ne quittent plus l’affiche. Une équipe de tournage le suit pendant les répétitions de son dernier succès, son adaptation en comédie musicale des Producteurs, le film de Mel Brooks, une parodie corsée du régime nazi, sur un argument improbable : un producteur véreux et un comptable niais s’associent avec un écrivain nazi et un metteur en scène ringard pour monter la pire pièce du monde, destinée à arnaquer les assurances.

Auditions, répétitions, préparation, coulisses, visite aux ateliers décors, essais de costumes, mise en place, improvisations et réglages minutieux, le documentaire suit, pas à pas, l’élaboration, de l’intérieur, d’une pièce ambitieuse, pari risqué sans star, aux côtés d’Alexis Michalik. Il sélectionne seize acteurs, dirige sept musiciens et bénéficie d’une équipe technique étoffée. Le jeune prodige de la scène n’est jamais stressé, ni stressant, toujours rassuré et rassurant, de l’aveu même des acteurs, en confiance. Il cherche avant tout à créer et consolider un esprit de troupe où aucun comédien n’éclipse les autres, pour maintenir un rythme endiablé, insuffler un élan électrisant, avec des transitions qui ne laissent pas le temps de souffler.

Le plaisir insatiable du théâtre

Évidemment, quelques flash-back sur sa carrière entamée au festival « off » d’Avignon, consacrée par cinq Molières, rappellent le parcours fulgurant de ce fou des planches, toujours à la pointe de son art, qui se demande toujours comment remplir une salle.

Au détour d’une confidence, Alexis Michalik révèle qu’il a « hyper conscience » de la mort. Il n’a pas trouvé d’autre parade que d’avancer, encore et toujours, à son allure d’homme pressé, le regard sur le but. Le plaisir insatiable du théâtre.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

NBA: Boston fait le break face à Brooklyn, Philadelphie s’envole

Volleyball: Amriswil donne la leçon à Chênois