in

À Toulouse, le Théâtre du Capitole à la rencontre des élèves – Journal La Croix

À cause du confinement dû à la pandémie de coronavirus, le Théâtre du Capitole ne reçoit plus de public et ne peut plus accueillir les enfants, qui viennent habituellement découvrir le chant lyrique et l’opéra. Christophe Ghristi, directeur artistique du Capitole, ne voulait pas laisser ces projets pédagogiques en suspens : « Je me suis dit, n’attendons plus, allons dans des classes pour organiser un petit concert ». Il souhaitait partager le plus possible la beauté, l’esprit et l’intelligence de la musique.

Rendre l’opéra accessible aux jeunes

« L’opéra est la chose la plus simple au monde, c’est un art extrêmement direct », explique Christophe Ghristi, qui désire montrer aux élèves que cet art n’est pas si éloigné d’eux. « On souhaite susciter l’envie et l’appétit chez les jeunes », ajoute-t-il. À ses côtés, la soprano Anaïs Constans partage sa passion du chant avec les élèves. Elle espère susciter des vocations et a encouragé des collégiens qui suivent une option chant à continuer « quel que soit leur niveau ».

→ LES FAITS. Coronavirus : le Capitole de Toulouse, un opéra face à la crise

Accompagnée de la pianiste Nino Pavlenichvili, la chanteuse lyrique a choisi d’interpréter quatre morceaux courts et faciles à écouter pour les jeunes. Le mini-récital commence par l’air de Zerlina, la servante dans Don Juan, qui exprime à la fois tendresse et l’énergie. Vient ensuite l’air de Micaëla, dans Carmen, une chanson en français, avec de grandes lignes lyriques. Le concert se poursuit avec le poème Green de Verlaine, mis en musique par Debussy et se termine avec La tragique histoire du petit René, une chanson pour enfants de Francis Poulenc.

Avec ces différents morceaux, Anaïs Constans veut transmettre plusieurs émotions sonores : comique, bucolique ou tragique, pour montrer l’ampleur des possibilités de l’opéra. Elle fait découvrir ce milieu souvent méconnu des jeunes. « On sait que tous les élèves ne peuvent pas venir au concert. L’idée c’est vraiment d’amener l’opéra à eux », explique-t-elle.

Des moments de rencontre et de partage

Après les concerts, les élèves sont souvent en état de choc, bouleversés par l’émotion. « Ils étaient stupéfaits de la puissance de la voix chantée », constate Christophe Ghristi. La soprano remarque que, pendant le récital « certains se bouchent les oreilles, parce qu’ils n’ont pas l’habitude ».

Les jeunes pensaient que les chanteurs lyriques portaient des micros : « ils ont eu la preuve qu’il n’y avait pas de tricherie », s’amuse Anaïs Constans. Elle ajoute que « les rencontres ont donné lieu à des échanges très riches et très intéressants ».

Les premières rencontres ont été un succès, elles se poursuivent jusqu’au 18 décembre avec la soprano Céline Laborie, qui sera accompagnée du pianiste Cyril Kubler. Ensemble, ils interpréteront d’autres morceaux. Lorsque le Théâtre du Capitole sera de nouveau ouvert, le directeur artistique Christophe Ghristi souhaite prolonger l’aventure. « Ça se passe de manière tellement extraordinaire, j’espère continuer après le confinement », confie-t-il.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Prix du cinéma européen 2020 : les nominés pour le meilleur acteur… – Euronews

Festival du film franco-arabe : votez pour votre court-métrage favori – Est Ensemble