in

A Braga, Bosch développe les technologies du véhicule autonome – Les Échos

Publié le 3 déc. 2020 à 7:08Mis à jour le 3 déc. 2020 à 9:30

« C’est une preuve de plus du potentiel énorme du Portugal. Et c’est un vote de confiance pour le haut niveau de compétences de ses ingénieurs. ». C’est avec dithyrambe que Dirk Hoheisel, alors vice-président et directeur général des opérations commerciales, membre du board de Bosch, a inauguré, le 30 mai 2018, en présence de la chancelière allemande, Angela Merkel, et du Premier ministre portugais, António Costa, le nouveau centre de technologie et de développement de Braga, au nord du pays.

Avec, à la clé, l’embauche d’une centaine d’ingénieurs supplémentaires. Soit 200 ingénieurs entièrement occupés à la conception et au développement du véhicule autonome, logés dans un nouveau bâtiment de 4.500 mètres carrés.

Course à la démocratisation

« Nous avons aussi à Braga un centre de test de 3.500 m2, dont 1.500 pour le développement multimédia et 1.000 pour l’équipe logicielle », détaille Carlos Ribas, le directeur du site et représentant du géant allemand au Portugal. Avec, en tout, 400 ingénieurs à temps plein sur l’ensemble du site.

 En dehors de l’Allemagne, c’est l’un de nos plus grands sites industriels. 

Carlos Ribas,Directeur du site

Un programme d’innovations largement soutenu par la puissance publique. « Jusqu’à 40 % », explique Carlos Ribas. Avec, parmi les prérequis, « que 80 % des recherches aboutissent sur le marché dans les trois ans ».

Un nouveau centre et une nouvelle brique dans la stratégie globale de développement – électronique, hardware, software – de l’équipementier vers le véhicule 100 % autonome. Un signal fort, surtout, de la place qu’occupe désormais le Portugal dans la course à sa démocratisation.

Création de Bosch Car Multimedia

Le centre est situé à moins de 5 kilomètres du site principal de production, qui emploie près de 3.600 salariés et fournit chaque jour une variété de composants (solutions multimédias, contrôle du châssis, capteurs de positionnement) aux principaux fournisseurs automobiles de la planète. « En dehors de l’Allemagne, c’est l’un de nos plus grands sites industriels », insiste Carlos Ribas.

Rapide retour en arrière. Tout commence en 1990, avec l’ouverture de l’usine Blaupunkt, entièrement affectée à la production d’autoradios. Du fait de l’évolution du marché automobile, la marque est vendue en 2009. Une réorganisation s’opère. Le site de Braga devient Bosch Car Multimedia, consacré au développement et à la production de systèmes d’info-divertissement, d’instrumentation et de capteurs de mesures de sécurité.

L’un des plus gros exportateurs du pays

En 2012, Bosch et l’Université de Minho, toute proche, signe ce qui devient, dès 2013, le plus grand partenariat d’innovation du pays, et l’un des plus grands partenariats entre entreprise et université en Europe. Avec 165 millions d’euros investis en sept ans. Un laboratoire propice aux interactions permanentes, entre R & D et production, université et industriel.

« Nous travaillons main dans la main », insiste Carlos Ribas. Et, ça marche dans les deux sens… « On peut monter des parcours d’apprentissage en fonction des compétences dont nous avons besoin à l’usine. Notre labo 3D est à l’université, et, bien sûr, disponible pour les étudiants. » Un partenariat propice aux transferts de technologies, et qui a donc déjà largement porté ses fruits.

L’usine de Braga a ainsi triplé ses effectifs et son chiffre d’affaires en cinq ans pour atteindre 1,33 milliard d’euros en 2019, devenant l’un des plus gros exportateurs du pays. « Et, ce n’est qu’un début ! Nous n’avons pas fini d’innover et de nous développer », assure Carlos Ribas. Masquant à peine son ambition.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Technologie. Les jeux vidéo peuvent être bons pour la santé selon l’université d’Oxford – Le Progrès

Est-il Possible De Pirater Un iPhone Dans Un Rayon De 100 Mètres – Forbes France