in

26e édition du festival des musiques sacrées du monde de Fès

L’édition 2022 du Festival des musiques sacrées du monde se tiendra du 9 au 12 juin prochains dans la capitale spirituelle. Un évènement qui enregistrera la participation de troupes artistiques en provenance de quinze pays.

Fès, la spirituelle, va vibrer à nouveau aux rythmes des sonorités sacrées. Après une accalmie imposée par le Covid, les mélomanes et passionnés de décibels aux accents religieux, seront bien servis. L’équipe de la Fondation Esprit de Fès, dirigée par son président Abderrafie Zouiten, a distillé les premières notes de ce futur spectacle, lors de la présentation du programme de la 26e édition du Festival des musiques sacrées du monde au siège du Sénat français. Une cérémonie à laquelle ont assisté de grandes personnalités comme Christian Cambon, sénateur et président du groupe d’amitié France-Maroc, l’ancienne ministre Rachida Dati, l’ancienne ministre française de la Culture Françoise Nyssen, ainsi qu’une vingtaine de personnalités françaises, sénateurs, artistes, acteurs culturels, économiques et religieux.

Participation de 15 pays
Cette présente édition, placée sous le thème «L’architecture et le sacré», se déroulera du 9 au 12 juin 2022 dans la capitale spirituelle et réserve de belles surprises au public et passionnés de culture. Des troupes artistiques en provenance de quinze pays, notamment le Sénégal, l’Italie, le sultanat d’Oman, le Kazakhstan, l’Inde et la France prendront part à cette grand-messe artistique. «Cette édition sera l’occasion d’un voyage à travers le monde et le temps.

Nous explorerons la façon dont les hommes de toutes les confessions ont exprimé par l’architecture leur quête du sacré. L’exploration des édifices religieux parmi les plus emblématiques du monde nous transportera dans ce long et riche dialogue des hommes avec le divin», confirme Abderrafie Zouiten. D’après le chef d’orchestre de ce festival, l’histoire du Maroc est marquée par «l’édification de magnifiques lieux de cultes et de savoirs» tels que la grande mosquée Hassan II, la Quaraouiyine, ou encore la grande mosquée de Taza. Des «lieux d’exception» qui ont permis «de façonner cet esprit de tolérance et d’ouverture caractéristique de notre pays».

Privée de son rendez-vous culturel incontournable depuis deux ans, Fès pourra enfin retrouver ses nombreux touristes venus de plusieurs pays du monde pour assister à cet évènement. Une aubaine pour les professionnels du tourisme local, lourdement affectés par la pandémie. «Grâce au succès de la campagne de vaccination, la réouverture des frontières a été faite et la reprise des activités culturelles est à nouveau possible ainsi que l’accueil des touristes dans les meilleures conditions sanitaires (…) Ce sera une immense joie de retrouver les festivaliers et de leur permettre de vivre à nouveau à Fès, une ville en plein renouveau, des instants pleins d’émotion et de bonheur», lit-on sur le portail dédié au festival.

What do you think?

2730 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Loading…

0

Volleyball: Amriswil donne la leçon à Chênois

Accord entre la Grande-Bretagne et l’Inde sur un partenariat de défense et de sécurité